Publié

AustralieRecherche moufles pour koalas brûlés

Ces animaux sont victimes des feux de forêts. Pour pouvoir soigner leurs brûlures avec des crèmes, une ONG recherche... des moufles en coton

par
Sandra Imsand
Les koalas se déplacent très lentement et sont des victimes fréquentes des feux de forêts.

Les koalas se déplacent très lentement et sont des victimes fréquentes des feux de forêts.

John Paoloni

Des feux de forêts ont ravagé des dizaines d’hectares dans le sud de l’Australie ces derniers jours. Au-delà de la catastrophe écologique que représentent ces incendies, ces événements ont également blessé ou tué de nombreux koalas. En effet, ces marsupiaux passent en moyenne 18 heures par jour endormis sur des arbres et, quand ils sont pleinement réveillés, se déplacent très lentement (leur vitesse maximale est de 10 km/h). Quand ils arrivent à échapper aux flammes, l’extrémité de leurs pattes est fréquemment brûlée.

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a donc lancé jeudi un grand appel international pour venir en aide à ces créatures innocentes. Un appel pour le moins original. En effet, l’ONG a demandé… des moufles en coton.

«Les blessures sont soignées avec des crèmes pour les brûlures, écrit Josey Sharrad, spécialiste des animaux endémiques d’Australie, sur le site de l’IFAW, et les pattes doivent être protégées par des gants en coton spéciaux.» Et comme pour toutes les brûlures, les pansements doivent être changés quotidiennement. Ce qui signifie utiliser un stock important de gants, d’autant plus que ces blessures peuvent prendre jusqu’à une année pour guérir.

«C’est pourquoi nous vous demandons de nous aider à confectionner des moufles pour les koalas. Autant que possible avant que la saison des feux de forêts arrive véritablement.» Pour les bonnes âmes, l’ONG a posté sur son site un modèle pour reproduire ces petits gants, expliquant qu’ils sont très faciles à faire, même pour une personne qui ne sait pas coudre. Seule condition: les moufles doivent être entièrement en coton. «L’idéal, ce sont de vieux draps, des serviettes ou des T-shirts.»

Et pour faire fondre même les plus coriaces, Josey Sharrad raconte les cris des koalas coincés dans leurs arbres en plein incendie, incapables de descendre. «Ils attendent, simplement. Une fois secourus, ils sont très dociles et restent tranquilles pendant que vous les soignez. Aucune autre espèce n’est comme ça.»

Votre opinion