Actualisé 09.07.2020 à 11:50

Melbourne coupée du monde, 3 millions de cas aux USA

Bilan

La métropole australienne doit se confiner à nouveau pour six semaines tandis que les cas de coronavirus continuent de s’accumuler aux États-Unis.

Contrôle de police à Melbourne le 9 juillet 2020.

Contrôle de police à Melbourne le 9 juillet 2020.

AFP

La pandémie de coronavirus s'accélère à l'échelle mondiale, selon l'OMS, avec désormais près de 12 millions de cas recensés sur la planète. L'Australie a reconfiné jeudi les cinq millions d'habitants de Melbourne, deuxième ville du pays.

Loin derrière les lourds bilans des pays les plus touchés comme les Etats-Unis et le Brésil, l'Australie – qui compte environ 9000 cas pour 106 morts – enregistre une hausse des cas à Melbourne (sud-est), avec plus d'une centaine de nouvelles infections quotidiennes. Les habitants ont reçu l'ordre de rester confinés chez eux durant six semaines après l'échec des mesures instaurées pour empêcher la propagation du virus.

L'Etat de Victoria, où se trouve Melbourne, a fermé mercredi toutes ses frontières afin de préserver le reste de l'Australie, qui jusqu'à présent a réussi à maîtriser l'épidémie de Covid-19. Dans l'ensemble, les habitants semblent soutenir ces nouvelles mesures. En prévision du reconfinement, les rayons des supermarchés ont été dévalisés mercredi, obligeant la principale chaîne du pays à rétablir des limites sur les achats.

Après l'échec de l'affrètement d'un charter qui n'avait pu décoller de Melbourne juste avant le reconfinement pour cause de brouillard à Canberra, les trois clubs de Melbourne ont pu malgré tout quitter l'Etat de Victoria, a annoncé jeudi la fédération. Le championnat australien de football va pouvoir reprendre.

Encore sous contrôle en Europe

En Europe, la situation semble sous contrôle. Le Vieux Continent reste cependant le plus durement touché par le virus avec plus de 200 000 morts, dont plus des deux tiers au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne.

Heurts en Serbie

En Serbie, de nouveaux heurts ont éclaté mercredi à Belgrade, la capitale, lors d'un rassemblement de manifestants furieux de mesures prises par les autorités pour lutter contre une résurgence du Covid-19. Dix policiers ont été blessés dans les heurts, mercredi soir à Belgrade, selon le ministre de l'Intérieur Nebojsa Stefanovic.

La Grèce craint ses voisins

Les autorités grecques ont exprimé jeudi leur inquiétude face à l'augmentation des cas de Covid-19 dans les Balkans voisins, soulignant le risque de «cas importés» en raison de l'arrivée en Grèce de touristes par les frontières terrestres. Le bilan dans le pays reste toujours particulièrement bas, avec moins de 50 cas repérés quotidiennement, mais plus de la moitié de ces cas proviennent des touristes.

Tokyo dédommage les clubs du soir

La ville de Tokyo prévoit des primes financières pour inciter ses lieux de vie nocturnes à fermer temporairement afin de contrer la propagation du coronavirus, alors que le nombre quotidien de nouveaux cas dans la capitale japonaise a atteint jeudi un record.

Réouverture sélective en Finlande

Quant à la Finlande, elle a annoncé rouvrir ses frontières aux touristes de 17 pays européens considérés comme ayant un faible taux d'infection. La liste ne comporte pas la France ni le Luxembourg pour l'instant.

Relance massive au Royaume-Uni

Sur le front économique, le gouvernement britannique a dévoilé mercredi de nouvelles mesures de relance totalisant 33 milliards d'euros. Et à Bruxelles, la chancelière Angela Merkel a appelé les Européens à se montrer solidaires et à assurer l'adoption dès cet été du plan de relance massif destiné à sortir de la crise du coronavirus.

Les Etats-Unis s'enfoncent

Après leur divorce avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) – qualifié mercredi par l'Allemagne de «revers» face à la pandémie qui a fait plus de 545 000 morts dans le monde – les Etats-Unis restent le pays le plus durement touché par la maladie, en nombre de contaminations comme en nombre de décès. L'épidémie a fait plus de 132 000 morts dans la première puissance économique mondiale et 3 046 351 cas de contaminations y avaient été détectés mercredi soir.

Après une stabilisation de l'épidémie dans ses premiers foyers, notamment à New York, sur la côte Est, le pays affronte depuis quelques semaines une flambée des infections dans le Sud et l'Ouest. Plusieurs Etats ont ainsi été obligés de suspendre leur processus de déconfinement.

Trump dans le déni

Le président Donald Trump, qui a appelé mercredi les écoles du pays à rouvrir, nie la réalité de ce rebond: «le taux de mortalité du coronavirus (a) été divisé par dix!", a-t-il tweeté. Le nombre de cas s'est aussi envolé à Tulsa (Oklahoma), un peu plus de deux semaines après un meeting de campagne organisé par Donald Trump dans cette ville, selon les autorités sanitaires locales.

«Nous sommes montés, nous ne sommes jamais redescendus au niveau de base, et là nous sommes en train de remonter», s'est inquiété Anthony Fauci, plus haut expert en maladies infectieuses du gouvernement américain. Le Championnat nord-américain (MLS) a néanmoins repris mercredi, mais le coronavirus pourrait pousser de nouvelles équipes touchées à se retirer de la compétition.

Les Etats-Unis ont par ailleurs enregistré 1,314 million de nouvelles inscriptions au chômage en une semaine, en baisse par rapport à la semaine précédente et un peu moins qu'attendu par les analystes, selon les données publiées jeudi par le département du travail.

Dans ce contexte tendu, l'OMS a mis en garde contre la probable capacité du virus à se transmettre par voie aérienne, notamment dans les lieux publics. C'est-à-dire de manière beaucoup plus contagieuse qu'initialement envisagé.

Nouvelles mesures en BulgarieLes Etats-Unis ont par ailleurs enregistré 1,314 million de nouvelles inscriptions au chômage en une semaine, en baisse par rapport à la semaine précédente et un peu moins qu'attendu par les analystes, selon les données publiées jeudi par le département du travail.

La Bulgarie, confrontée à une récente hausse des infections au nouveau coronavirus, va imposer le huis clos pour le football ainsi que toutes les compétitions sportives, et fermer les espaces intérieurs des boîtes de nuit, a annoncé le gouvernement jeudi.

Bientôt 1000 morts en Algérie

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune préside jeudi une réunion de travail pour faire face à la recrudescence des cas de Covid-19, au moment où le pays du Maghreb le plus affecté par la pandémie approche la barre symbolique des 1000 morts.

En Amérique latine

L'épidémie continue ses ravages en Amérique latine et aux Caraïbes, où plus de trois millions de cas de Covid-19 ont été recensés, dont plus de la moitié au Brésil, selon un bilan établi mercredi par l'AFP. Deuxième pays le plus touché, le Brésil recense 67'964 morts pour 1 713 160 cas mais Jair Bolsonaro, son président de 65 ans, lui-même contaminé, continue à claironner qu'il va «parfaitement bien».

Le Pérou a dépassé la barre des 11 000 morts, une semaine après avoir amorcé un déconfinement graduel, et le Mexique a enregistré un nouveau record journalier de 6995 cas mercredi.

Et les chiffres officiels bondissent au Venezuela: plus de 1500 malades le 1er juin, plus de 7000 un mois plus tard. L'explosion de cas dans l'Etat de Zulia, à la frontière avec la Colombie, a entraîné une situation «horrible» à l'hôpital universitaire de Maracaïbo, confie à l'AFP une infirmière. «On est débordés», déplore-t-elle.

Proche et Moyen-Orient

De loin le pays le plus touché au Proche et Moyen-Orient, l'Iran a dépassé la barre des 12'000 morts, ont annoncé mercredi les autorités. L'Afrique reste loin derrière, tant en termes de contaminations déclarées que de décès dus au Covid-19, mais le continent a franchi mercredi la barre des 500'000 cas, après avoir dépassé le 1er juillet les 10'000 morts.

«nous ne vaincrons pas la pandémie si nous sommes divisés»

«Les divisions entre nous donnent l'avantage au virus» et «nous ne pourrons pas vaincre la pandémie si nous sommes divisés», a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, devant les diplomates des Etats membres. Des propos tenus deux jours après que les Etats-Unis eurent officiellement confirmé leur retrait de l'organisation.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!