Formule 1 - Red Bull: «On a pris la pole et la victoire à Max»
Publié

Formule 1Red Bull: «On a pris la pole et la victoire à Max»

Le responsable de l’écurie anglaise se plaint des règles changeantes au sujet des limites de la piste. Sans elles, Max Verstappen serait en tête du championnat du monde.

par
Luc Domenjoz

Pole, victoire et meilleur tour…

Helmut Marko, le responsable du sport automobile chez Red Bull, ne décolérait pas, dimanche soir, après le Grand Prix du Portugal. «Avec cette histoire de limites de la piste, on a perdu la victoire (ndlr: à Bahreïn), la pole-position (samedi) et maintenant le meilleur tour (en course). Comme toutes les meilleures choses arrivent par trois, j’espère que c’est maintenant terminé!»

A Bahreïn, Max Verstappen avait pris la tête dans les derniers tours, avant que la direction de course ne lui demande de rendre sa place à Lewis Hamilton pour l’avoir doublé en plaçant les quatre roues hors des limites de la piste au virage 4.

Samedi, au Portugal, le Néerlandais avait signé un chrono qui lui aurait valu la pole-position s’il n’avait ensuite été effacé par le directeur de course pour dépassement de la limite.

Le patron autrichien relevait le manque de cohérence des décisions de la direction de course. «Aujourd’hui, Lando Norris a passé Sergio Perez en mettant ses quatre roues hors de la trajectoire, et personne n’a rien trouvé à y redire, il n’y a eu aucune sanction. Il faudrait que les règles soient les mêmes pour tout le monde. Et qu’on en finisse avec ces histoires: soit on créé une limite avec des vibreurs plus hauts, ou alors on met du gravier, ou n’importe quoi. Et alors ceux qui sortiront trop large seront ralentis…»

Christian Horner, le patron de l’écurie Red Bull, se plaignait lui aussi du problème des limites de la piste. «Cette histoire nous coûte très cher. On ne peut pas se permettre de perdre autant de points face aux Mercedes, c’est très gênant. Ce circuit était défavorable à notre voiture, en raison du vent et des températures fraîches. Max parvient tout de même à terminer entre les deux Mercedes, c’est encourageant, mais on nous met les bâtons dans les roues avec ces sanctions pour les limites de la piste.»

Du côté des commissaires, Michael Masi, le directeur de course, se défendait d’avoir traité différemment certains pilotes. « Nous avons effacé des dizaines de chronos tout au long du week-end, et nous avons été très clair sur la manière dont nous le ferions. Pendant la course, l’écurie Red Bull nous a signalé que Lando Norris avait passé Sergio Perez sans respecter les limites de la piste, nous avons donc revus les vidéos concernées et l’écurie avait tort: Lando Norris a doublé Sergio Perez au virage 5, et non au 4 ainsi que l’affirmait l’écurie. Mais nous avons aussi dit que si un pilote gagnait un avantage en débordant de la piste - et gagner un point au championnat peut être considéré comme un avantage -, son chrono serait annulé. »

Kimi Räikkönen le nez dans le guidon

Les pilotes bouclaient leur premier tour du Grand Prix du Portugal lorsque les deux Alfa Roméo Sauber sont entrées en collision, Kimi Räikkönen détruisant son aileron avant contre l’arrière de la voiture de son équipier Antonio Giovinazzi.

Kimi Räikkönen a détruit son aileron avant contre l’arrière de la voiture de son équipier Antonio Giovinazzi.

Kimi Räikkönen a détruit son aileron avant contre l’arrière de la voiture de son équipier Antonio Giovinazzi.

Reuters

Une erreur presque incompréhensible de la part d’un pilote aussi expérimenté que le Finlandais. Et que le pilote a expliqué à son retour au paddock. «C’est entièrement de ma faute, reconnaissait Kimi Räikkönen. J’étais en train de vérifier un réglage sur mon volant, j’ai mal jugé la différence de vitesse que j’avais sur Antonio, et je lui ai simplement foncé dedans!»

Si le Finlandais dut abandonner au bout de la ligne droite, l’autre Sauber continua avec des performances diminuées par l’accrochage, sans que l’Italien puisse estimer la perte subie par tour. Il termine douzième.

L’instant d’inattention de Hamilton

Au moment où la voiture de sécurité s’est retirée et que la course est repartie - après la neutralisation suite à l’accident de Kimi Räikkönen -, Lewis Hamilton s’est laissé surprendre par l’accélération de Valtteri Bottas - une erreur assez rare pour être remarquée. Plus loin dans la ligne droite, le Britannique s’est même fait passer par Max Verstappen.

Valtteri Bottas est passé devant Lewis Hamilton au moment où la voiture de sécurité s’est retirée et que la course est repartie.

Valtteri Bottas est passé devant Lewis Hamilton au moment où la voiture de sécurité s’est retirée et que la course est repartie.

Getty Images

«Oui, c’est de ma faute, reconnaissait Lewis Hamilton après la course. Je surveillais Valtteri pour ne pas le lâcher quand il allait accélérer. Mais j’ai jeté un bref coup d’œil à mon rétroviseur pour voir où était placé Max, et c’est à ce moment précis que Valtteri a lancé son accélération. Ça n’a duré qu’une fraction de seconde d’inattention, mais ça a suffi. Max a pris mon aspiration et il m’a doublé. Je me suis traité d’imbécile quand j’ai vu le résultat!»

Le septuple champion du monde s’est retrouvé troisième. Il a alors collé à ses deux adversaires avant de les doubler, l’un après l’autre. «J’adore ce circuit, on parvient à suivre ses adversaires de très près, poursuivait Lewis Hamilton. Dans certains virages, il y a même plusieurs trajectoires possibles, un peu comme à Austin. J’ai adoré me battre pour gagner, mais c’était vraiment dur aujourd’hui.»

Votre opinion