Formule 1 - Red Bull pourrait demander une suspension contre Lewis Hamilton
Publié

Formule 1Red Bull pourrait demander une suspension contre Lewis Hamilton

Max Verstappen est sorti de l’hôpital décrit comme «en forme», selon un bulletin de santé émis par l’écurie anglaise. Mais l’affaire pourrait ne pas en rester là.

par
Luc Domenjoz

En Formule 1, on ne compte plus les rivalités qui se terminent par de sérieux accrochages. Ayrton Senna et Alain Prost au Japon, en 1990. Michael Schumacher et Damon Hill à Adelaïde, en 1994. Lewis Hamilton s’était aussi accroché avec Nico Rosberg, en Espagne, en 2016.

A Silverstone, le premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne s’annonçait électrique: Lewis Hamilton voulait absolument remporter la victoire devant son public, il ne voulait pas davantage laisser Max Verstappen lui prendre encore plus de points au championnat du monde.

Et si sa Mercedes était nettement plus lente que la Red Bull sur un tour, elle était nettement plus rapide en ligne droite. Le Britannique devait donc passer le Néerlandais pendant le premier tour, sinon il n’avait aucune chance de le revoir de toute la course.

Il devait même le passer avant l’enchaînement de virages Magotts-Becketts-Chapel au cours duquel il allait perdre trop de terrain pour pouvoir le doubler ensuite.

Les deux pilotes étaient bien conscients de la situation. Hamilton était décidé à passer à tout prix, et Verstappen était résolu à l’en empêcher. Le scénario du désastre était écrit, et les deux voitures se sont accrochées à Copse Corner, à la fin de la ligne droite du fond du circuit, la dernière chance de passer pour Lewis Hamilton… Pour la Red Bull, le choc a été effroyable, tapant les rails à plus de 250 km/h. Il n’en reste rien, sinon la cellule de survie qui a, une fois de plus, sauvé son pilote.

L’accrochage entre Lewis Hamilton et Max Verstappen en vidéo.

Verstappen resté plusieurs heures à l’hôpital

Tard la nuit dernière, l’écurie Red Bull a émis un communiqué pour expliquer qu’après un premier contrôle à l’hôpital du circuit, son pilote a été emmené par hélicoptère à l’hôpital de Coventry pour plus d’examens. Il n’en est ressorti qu’à 22 heures hier soir, sans que de sérieuses blessures soient constatées.

Après l’accident (un choc au cours duquel il a subi une décélération de 51G), le pilote néerlandais se plaignait de douleurs aux épaules ainsi que de maux de tête. Mais il sera bien au départ du prochain Grand Prix, dans deux semaines en Hongrie.

Après la course, Max Verstappen a tweeté que le comportement de Lewis Hamilton avait été «dangereux», et que ses célébrations sur le podium, devant le public de Silverstone, avaient été «irrespectueuses» pendant que lui était à l’hôpital. Beaucoup on ressenti cette impression.

Hamilton ne s’excusera pas

Du côté de Lewis Hamilton, pénalisé de 10 secondes, mais vainqueur tout de même du Grand Prix après une remontée incroyable, il n’est pas question de formuler des excuses. «Je ne crois pas que je doive m’excuser. Nous sommes là pour courir. Je ne suis pas d’accord avec les commissaires, je ne méritais pas de pénalité. Mais je ne veux pas me lamenter là-dessus. Chacun a son opinion. Ce n’est pas comme ça que je veux me battre, mais pour répondre aux gens de Red Bull, cette victoire ne me semble pas creuse du tout. Il y a 2000 personnes dans mon écurie qui se battent avec moi.»

Toutefois, le septuple champion du monde est conscient qu’il va falloir calmer le jeu entre Max Verstappen et lui pour que la saison se poursuive sereinement: «Nous allons devoir apprendre de cet accident. Un accrochage est rarement 100% la faute de l’un et pas de l’autre. Je dirais tout de même que Max est probablement l’un des pilotes les plus agressifs du plateau. Il fait un super boulot, mais nous devons apprendre comment nous respecter sur la piste, et disputer de belles courses sans s’accrocher. Cette année, Max est très agressif, j’ai souvent dû lâcher pour éviter l’accident. Quand j’étais plus jeune, j’étais moi aussi agressif - moins que Max, toutefois -, mais depuis, j’approche la course avec une meilleure vision.»

Mercedes sûr du règlement

Du côté de Mercedes, le patron, Toto Wolff, était clair dimanche soir. « Il y a un règlement écrit noir sur blanc: si l’axe avant d’une voiture a dépassé la mi-longueur de la voiture doublée, le virage lui appartient. Nous avons la télémétrie: Lewis avait dépassé ce cap. Max devait le laisser passer.»

«Une pénalité qui n’a rien changé»

Mais pour le clan Red Bull, au contraire, toute la responsabilité de l’accident retombe sur Lewis Hamilton. «Lewis n’était pas à la hauteur de Max, il est fautif à 100%», tonnait Christian Horner, le patron de l’écurie autrichienne, après la course. «Les commissaires l’ont jugé coupable puisqu’ils l’ont condamnés à une pénalité. Mais une pénalité qui ne l’a pas empêché de gagner.»

Pour Max Verstappen, c’est bien là le problème: «Cette pénalité ne nous a aidé en aucune manière (ndlr: à compenser l’absence de points due à la sortie de route) et ne rend pas justice après le comportement dangereux de Lewis», a poursuivi le pilote Red Bull.

Suspension peut-être demandée

L’écurie Red Bull ne va peut-être pas en rester là. Après la course, Helmut Marko, le patron du sport automobile de la marque, soulignait que Lewis Hamilton devrait être condamné à une course de suspension, afin que l’équilibre au championnat soit rétabli entre les deux protagonistes. «Tenter de doubler un pilote comme Lewis Hamilton l’a fait, et l’accrocher, ce n’est pas un incident de course, c’est une faute grave», commentait l’Autrichien.

L’écurie Red Bull va désormais envisager les possibilités légales d’aller plus loin: «Nous allons considérer nos options avec nos avocats, concluait Christian Horner dimanche. Pour nous, Lewis a manqué de jugement, il a tenté une manœuvre désespérée. Et il existe des possibilités légales de porter plainte.»

Votre opinion

35 commentaires