Parlement – Refus d’interdire les sels d’aluminium dans les cosmétiques
Publié

ParlementRefus d’interdire les sels d’aluminium dans les cosmétiques

La Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil des États a rejeté l’initiative du Grand Conseil genevois.

Image prétexte

Image prétexte

Patrick Martin

La Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil des États (CSEC-E) a décidé ce mardi de rejeter l’initiative du canton de Genève «Pour une interdiction des sels d’aluminium et de ses dérivés dans les produits cosmétiques».

S’appuyant sur diverses études suisse et internationale dont une publiée en septembre 2016 par deux chercheurs genevois qui «tendait à prouver que les sels d’aluminiums présents dans les antitranspirants augmenteraient le risque du cancer du sein» (voir encadré), le Grand Conseil genevois avait déposé cette initiative invitant «l’Assemblée fédérale à se pencher sur une interdiction des sels d’aluminium et de ses dérivés dans les produits cosmétiques» en octobre 2021 – car il jugeait bon d’appliquer un principe

Après avoir entendu les représentants du canton, la CSEC-E a estimé que «les connaissances actuelles ne permettaient pas d’établir un lien entre la présence de sels d’aluminium dans les antitranspirants et le cancer du sein». En conséquence, il n’y a pas lieu de les interdire dans les produits cosmétiques et ce même par précaution. Par 8 voix contre 0 et 5 abstentions, la Commission a donc choisi de proposer au Conseil d’État de ne pas donner suite à l’initiative.

Une nocivité qui fait débat

Cela fait de nombreuses années que la nocivité des sels d’aluminium fait débat. Bien que ne démontrant pas le lien entre sels d’aluminium et cancers du sein, une étude de l’Université de Genève avait démontré en 2012 déjà la nocivité de ces sels sur les cellules mammaires.

L’étude de 2016 mentionnée par le Grand Conseil genevois était venue consolider ses résultats en dévoilant que des cellules mammaires exposées in vitro à des sels d’aluminium développent la capacité de former des tumeurs et des métastases chez la souris.

(aze)

Votre opinion

3 commentaires