Publié

SyrieRégime accusé de tortures et d'exécutions

Le gouvernement de Bachar el-Assad est accusé depuis le début du conflit syrien d'atteintes aux droits de l'homme.

Portrait du président syrien Bachar el-Assad dans une rue de Damas.

Portrait du président syrien Bachar el-Assad dans une rue de Damas.

Archive, AFP

Depuis le début en 2011 du conflit en Syrie, le régime de Bachar el-Assad a été accusé d'atteintes aux droits de l'homme et mis en cause pour de multiples cas de tortures, viols, exécutions sommaires et attaques chimiques.

Dossier «César»

En 2014, un ancien photographe de la police militaire, exfiltré sous le pseudonyme de «César», révèle des photographies de corps torturés et suppliciés dans les prisons du régime de 2011 à 2013. Il s'est enfui de Syrie en 2013, en emportant 55'000 photographies effroyables.

Il explique que son travail était de prendre en photo les cadavres pour le Ministère de la défense. «J'ai vu des photos horribles de corps de gens qui avaient subi des tortures», raconte-t-il: blessures profondes, traces de brûlure et d'étranglement. Des yeux sortis de leurs orbites. Enfants et femmes battus.

«Archipel de la torture»

Human Rights Watch (HRW) avait dès 2012 parlé d'un «archipel de la torture»: «recours à l'électricité», «agressions et humiliations sexuelles», «arrachage des ongles» et «simulacres d'exécutions».

Selon l'ONG, il existe 27 centres de détention gérés par des agences de renseignement du régime, les «moukhabarat». Outre des bases militaires, stades, écoles et hôpitaux sont utilisés aux mêmes fins.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 100'000 personnes sont mortes sous la torture ou à cause des terribles conditions de détention dans les prisons du régime. Un demi-million de personnes sont passées dans ces geôles depuis 2011, d'après l'Observatoire.

«Extermination»

En 2016, des enquêteurs de l'ONU affirment que le grand nombre de détenus morts «suggère que le gouvernement est responsable d'actes qui relèvent de l'extermination et sont assimilables à un crime contre l'humanité».

En février 2017, Amnesty International accuse le régime d'avoir pendu quelque 13'000 personnes de 2011 à 2015 dans la seule prison de Saydnaya près de Damas. Ces pendaisons s'ajoutent aux 17'700 personnes tuées dans les geôles du régime qu'Amnesty avait déjà recensées.

Le rapport se base sur des entretiens avec 84 témoins, parmi lesquels des gardiens, des détenus et des juges. La plupart des victimes étaient des civils.

En mai 2017, les États-Unis accusent le régime d'avoir recours à un «crématorium» à la prison de Saydnaya, servant à détruire les restes de milliers de prisonniers tués. Fin mars 2020, des ONG ont mis en garde contre une éventuelle propagation du nouveau coronavirus dans les prisons du régime, où les détenus sont entassés dans des cellules exiguës et souvent privés de soins médicaux.

Armes chimiques

Malgré ses démentis, le régime a été accusé de recourir aux armes chimiques. Le 8 avril 2020, l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a rendu un rapport officiel accusant l'armée syrienne d'attaques à l'arme chimique sur la localité de Latamné (nord) en 2017.

Le régime a également été mis en cause dans des attaques au gaz sarin sur deux bastions rebelles près de Damas (plus de 1400 morts selon les États-Unis) en août 2013 et sur la ville rebelle de Khan Cheikhoun (nord-ouest, plus de 80 morts) en avril 2017. Il a été aussi accusé d'attaques présumées au gaz de chlore.

HRW avait dénoncé dès 2012 le largage par avion militaire de «bombes incendiaires» provoquant de graves brûlures. Ces armes «peuvent contenir des substances inflammables comme le napalm, la thermite ou le phosphore blanc», selon l'ONG. L'OSDH et des militants ont dénoncé l'utilisation de «barils d'explosifs» remplis de TNT largués par avion ou hélicoptère.

Viols

En 2018, une enquête de l'ONU basée sur 454 interviews a fait état de viols et violences sexuelles systématiques contre des civils, perpétrés par des soldats et des miliciens pro-régime. Les rebelles ont commis des crimes similaires mais sur une échelle «considérablement moindre», selon l'enquête.

Des milliers de femmes ont été victimes de violences sexuelles ou de harcèlement aux mains des pro-régime, dont des centaines en prison, selon des données du Réseau syrien des droits de l'homme en 2018.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!