Réseaux sociaux – Remous après le suicide en direct d’une influenceuse chinoise
Publié

Réseaux sociauxRemous après le suicide en direct d’une influenceuse chinoise

Encouragée par certains de ses «followers», Luo Xiao Maomao a ingéré une dose mortelle de pesticide, en direct sur Douyin, le TikTok local.

par
JChC
La jeune influenceuse avant de passer à l’acte. Son compte était suivi par 678’000 followers.

La jeune influenceuse avant de passer à l’acte. Son compte était suivi par 678’000 followers.

dr

Une jeune influenceuse chinoise s’est suicidée en buvant un pesticide, en direct sur Douyin, le TikTok local. Ce drame, plutôt rare en Chine, a déclenché un débat animé sur la question de savoir si les spectateurs de la plateforme devraient être tenus responsables pour l’avoir «encouragée», rapporte le Global Times.

La célébrité, appelée «Luoxiaomaomaozi», était âgée de 25 ans. Elle est décédée vendredi dernier à l’hôpital sans avoir pu être désintoxiquée à temps, a confirmé sa famille au journal.

Lorsqu’elle était en direct, le 14 octobre dernier, elle a déclaré: «C’est probablement ma dernière vidéo car je souffre de dépression depuis longtemps». Elle a précisé qu’elle avait été internée pendant plus de deux mois et que ses amis étaient au courant. «Cette vidéo n’est pas une publicité pour vendre des produits», a-t-elle cru bon de préciser.

Certains l’encourageaient

Des captures d’écran sont devenues virales en ligne, montrant le moment où «Luoxiaomaomaozi» s’est saisi du pesticide mélangé dans une boisson tandis que certains des spectateurs l’encourageaient, lui conseillant notamment de boire le produit rapidement. D’autres appelaient la police. Une personne prétendant être l’amie de la défunte a déclaré au média Sichuan Guancha, que «Luoxiaomaomaozi» ne souhaitait pas se suicider réellement mais qu’elle voulait attirer l’attention du petit ami qui venait de la quitter.

Le Beijing News a rapporté que la famille de «Luoxiaomaomaozi» compte mettre face à leur responsabilité ceux qui lui ont prodigué des encouragements.

678’000 followers

«Luoxiaomaomaozi» comptait 678’000 followers et publiait de courtes vidéos, principalement sur la mode. Elle possédait une boutique en ligne.

Zhu Wei, chercheur en communication à l’Université chinoise de sciences politiques et de droit à Pékin, a déclaré au «Global Times», dimanche que les plateformes de vidéos courtes doivent assumer la modération des contenus publiés par les utilisateurs.

Le poids de la responsabilité

«Cet incident montre que les plates-formes devraient renforcer la supervision de la diffusion et arrêter le direct dès qu’elles constatent des problèmes», a déclaré Zhu, ajoutant que le recours à l’intelligence artificielle devrait être systématisé sur les plateformes à grande audience. Il estime en outre que, du point de vue de l’éthique et de la responsabilité sociale, les spectateurs ont leur part de responsabilité.

Ding Jinkun, avocat du cabinet d’avocats Dabang basé à Shanghai, a déclaré au journal que s’il s’avère que les messages ont un lien direct avec le suicide, ces internautes seront soupçonnés d’homicide volontaire. L’avocat a ajouté que les plates-formes de diffusion devraient également assumer les responsabilités administratives et civiles appropriées.

Votre opinion