Jura - Rempart médiéval trouvé à Porrentruy
Publié

JuraRempart médiéval trouvé à Porrentruy

Les travaux en cours à la rue Joseph-Trouillat ont permis de dégager les vestiges de plusieurs constructions existant avant l’aménagement de la rue.

par
Vincent Donzé
Le rempart médiéval en cours de dégagement.

Le rempart médiéval en cours de dégagement.

Office jurassien de la culture

Les travaux en cours à la rue Joseph-Trouillat à Porrentruy ont permis de dégager les vestiges de plusieurs constructions existant avant l’aménagement de la rue. Un rempart médiéval et diverses fondations ont ainsi été documentés.


La réfection actuelle de la rue Joseph-Trouillat et le renouvellement des conduites souterraines sont suivis de près par la Section d’archéologie et paléontologie de l’Office de la culture. L’investigation est menée en étroite collaboration avec l’entreprise de terrassement et les ingénieurs concernés, de même qu’avec la commune de Porrentruy.

Les découvertes étaient prévisibles à cet emplacement: les anciens plans de la ville, relevés à partir de 1752 et conservés au Musée de l’Hôtel-Dieu, démontrent que le tronçon de la rue Trouillat sis entre la rue des Malvoisins et la rue de la Chaumont n’a été réalisé que vers la fin du XIXe siècle, soit après le démantèlement du rempart médiéval et des bâtiments qui y étaient adossés.

Une copie du plan de Porrentruy levé par Jaquet et Laubscher en 1752, encre et aquarelle sur papier par Achille Schirmer (1826-1888)

Une copie du plan de Porrentruy levé par Jaquet et Laubscher en 1752, encre et aquarelle sur papier par Achille Schirmer (1826-1888)

Musée de l’Hôtel-Dieu Porrentruy

Les observations archéologiques sont circonscrites par l’emprise des travaux et ne permettent dès lors que d’apercevoir une petite partie des anciennes constructions. Si le rempart est facilement identifiable, la nature précise des autres vestiges est parfois plus difficile à saisir.

Parmi eux se trouve la fondation d’une tour massive d’un diamètre de 4,8 m. Alors que cette bâtisse figure sur le plan de 1752, sa fonction précise et sa datation restent à déterminer. La poursuite des travaux impliquera de traverser le rempart, avant de continuer en dehors de l’enceinte fortifiée, ce qui permettra la documentation des éléments extérieurs, dont probablement un grand fossé.

Votre opinion