Actualisé 09.07.2020 à 09:16

Renaud chante «coronavirus, ce connard de virus»

Musique

Surprise! L'artiste de 68 ans a dévoilé un nouveau titre ainsi qu'un clip, ce mercredi 8 juillet, sur le thème de la Covid-19.

par
LeMatin.ch

Les rumeurs sur les réseaux sociaux disaient vrai. Ce mercredi 8 juillet, Renaud a dévoilé un titre inédit écrit pendant le confinement. Intitulé «Corona Song», il décrit le monde qui l'entoure et les changements qu'il a dû entreprendre à cause de la pandémie.

Masqué, le chanteur donne le ton dès le début avec «Coronavirus, connard de virus» avant de balancer ses vérités au sujet de la Covid-19: «Il a débarqué un jour de Chine. Retournes-y qu’on t’y confine dans ce pays où on bouffe du chien, des chauves-souris, des pangolins.»

«Ces salauds m'ont fermé tous mes bistrots»

Le Français de 68 ans ne garde absolument pas de bons souvenirs du confinement. En effet, il chante: «Je n’en peux plus d’être planté chez moi». Surtout pour une raison en particulier: «C’est que ces salauds m’ont fermé tous mes bistrots. Je ne peux plus boire ma flotte pénard avec mes potes. Le désespoir». Il parle aussi des restaurants, fermés eux aussi, des files d’attente devant les commerces, des caissières qui en ont ras-le-bol d’être masquées toute la journée pour un salaire de misère et même Donald Trump en prend pour son grade.

Renaud n'a pas non plus oublié le docteur Didier Raoult. Selon l'interprète de «Mistral Gagnant», il est «conchié par des confrères jaloux, des pontes et des sommités qui ont les boules de perdre du blé». L'artiste précise dans ses paroles qu'il est immunisé «grâce à des milliers d'anticorps et tout autant d'anticons car en France, ils sont légion».

Il ne voit qu'un point positif à la pandémie

Ce virus n'aura pas amené que du négatif. En effet, le seul motif de s'en réjouir est que le coronavirus n'a pas touché les enfants et que ceux-ci ont pu un peu sécher l’école et vivre de bon moments.

Le clip a été tourné en respectant les distances de sécurité et le port du masque… Enfin, presque. Et tout cela s’achève par un «ta ta tin» et une dédicace écrite: «Pour tous les potes qui ont souffert de ce putain de virus, pour tous les soignants. Amitiés!»

LeMatin.ch

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!