Actualisé 23.07.2017 à 07:05

ColombieRencontre entre Farc et anciens paramilitaires

Bogota a annoncé que d'ex-chefs paramilitaires et des Farc se sont rencontrés, un rendez-vous hautement symbolique dans le cadre du processus de paix.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Une rencontre historique entre des dirigeants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) et d'anciens chefs paramilitaires, en guerre pendant plusieurs décennies, a été organisée. Le tout pour favoriser l'application des accords de paix entre les Farc et le gouvernement, selon un communiqué publié samedi.

Ces personnes «se sont réunies à la Casa Provincial de los Jesuitas (la Maison provinciale des Jésuites, ndlr) à Bogota, accompagnées par le prêtre jésuite Francisco de Roux» mercredi 19 juillet, a indiqué dans ce communiqué un acteur du processus de paix, Alvaro Leyva, conseiller de la guérilla marxiste des Farc pendant les pourparlers. Au cours de cette réunion, qui a duré plus de trois heures, «le sens et la portée des accords signés entre les Farc et le gouvernement» le 24 novembre 2016 ont été soulignés, déclare le communiqué. Tout comme la nécessité d'assurer leur application.

«Respect»

La rencontre a «eu lieu dans un climat de respect», et les parties ont reconnu que la paix «est une obligation et un droit pour tout citoyen» et que «la réconciliation est la plus haute aspiration du peuple colombien». Le président colombien Juan Manuel Santos s'est félicité sur son compte Twitter de la tenue de cette rencontre, approuvant «un geste de réconciliation».

Juan Manuel Santos, qui a obtenu le prix Nobel de la paix 2016 pour son oeuvre de pacification de la Colombie, a fait référence à une photo, diffusée dans les médias locaux, des anciens ennemis réunis. «Cette photo m'a plu, car cela, c'est la paix», a-t-il écrit. «Ils ont déposé les armes, et ce que nous devons faire maintenant, c'est abandonner les haines, la soif de vengeance, nous réconcilier».

Conflit armé vieux de 53 ans

Les Unités d'Autodéfense de Colombie (AUC, extrême droite) ont été créées dans le nord-est du pays au milieu des années 1990 par les frères Castaño (Carlos, Fidel et Vicente) pour combattre les guérilleros de gauche. Les Farc, la plus importante guérilla du pays, issue en 1964 d'une insurrection paysanne, comptaient des milliers de combattants.

En novembre, le gouvernement de Juan Manuel Santos et les Farc ont signé un accord de paix mettant un terme à 53 ans de conflit armé entre cette guérilla marxiste, les paramilitaires et les agents de l'Etat. Ce conflit a fait près de 260'000 morts, 60'000 disparus et 7,1 millions de déplacés, selon les chiffres officiels.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!