France: Rencontre orageuse entre Macron et Trump
Actualisé

FranceRencontre orageuse entre Macron et Trump

Emmanuel Macron accueille ce samedi le président américain sur les lieux de l'armistice de 1918. Une visite attendue malgré un contexte tendu.

Le président français Emmanuel Macron a accueilli samedi à Paris Donald Trump en optant pour un ton résolument conciliant sur la question sensible de la défense européenne au lendemain d'un tweet très agressif du président américain.

L'impétueux président est à Paris pour le week-end pour participer aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, en présence de dirigeants venus du monde entier.

Visiblement soucieux de désamorcer la polémique, les deux hommes ont insisté sur leurs liens étroits: «Nous sommes devenus très bons amis au fil des ans», a assuré M. Trump. Mais son visage était fermé et l'atmosphère loin des démonstrations passées de complicité.

«Nous devons mieux partager le fardeau au sein de l'Otan», a lancé M. Macron dès les début de l'entretien à l'Elysée, une musique douce aux oreilles du locataire de la Maison Blanche qui ne cesse de réclamer une hausse des dépenses militaires des pays européens jugeant la situation actuelle injuste pour le contribuable américain.

«Nous avons besoin de plus d'investissements», a encore ajouté M. Macron sans aborder directement la question de la création d'une armée européenne qui a provoqué la colère de M. Trump. «Nous voulons une Europe forte», a de son côté souligné le président américain.

Changement de ton

La veille, pourtant, il avait opté pour un ton nettement moins consensuel, dénonçant, dans un tweet extrêmement virulent, les propositions d'Emmanuel Macron. «Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie», avait-il écrit au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris.

«Très insultant mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'Otan que les Etats-Unis subventionnent largement!», avait-il ajouté. Samedi matin, l'Elysée a assuré que l'armée européenne prônée par le président français en début de semaine ne visait en aucun cas les Etats-Unis, évoquant une «confusion» dans l'interprétation de ses propos.

Déjeuner avec Melania

Une grande partie de l'Europe s'abrite sous le bouclier américain depuis l'après-guerre, sans payer un prix satisfaisant selon Donald Trump. Depuis son élection, Emmanuel Macron plaide constamment pour un renforcement européen de la Défense, la France mettant justement en avant l'incertitude stratégique provoquée par les positions de Donald Trump.

Plus largement, cette saillie illustre les désaccords politiques profonds qui opposent les deux hommes, sur l'environnement, le nucléaire iranien, les relations commerciales, et d'une manière générale, sur la gouvernance des affaires du monde, pour laquelle M. Macron défend le multilatéralisme, honni par M. Trump.

M. Macron a d'ailleurs organisé dimanche un grand forum international sur la gouvernance mondiale qui, schématiquement, servira de tribune en faveur du multilatéralisme, et donc, en creux, à dire du mal de la politique étrangère américaine de M. Trump.

Ce dernier sera d'ailleurs absent de cette enceinte, préférant se rendre au cimetière américain de Suresnes, près de Paris. Après la rencontre, la Première dame américaine Melania Trump s'est rendue à son tour à l'Elysée où elle a été accueillie par Brigitte Macron. Les deux couples présidentiels devaient déjeuner ensemble avant de se séparer pour l'après-midi.

Après-midi symbolique

M. Macron prendra le chemin d'une clairière près de Compiègne, au nord de Paris, pour y retrouver la chancelière allemande Angela Merkel pour une cérémonie très symbolique.

C'est ici que le 11 novembre 1918 fut signé dans un wagon restaurant l'armistice scellant la fin de la Première Guerre mondiale, qui fit 18 millions de morts. Le palais de l'Elysée souligne que «c'est la première fois depuis 1945» que le président français et le chef du gouvernement allemand se rencontrent dans la clairière de l'Armistice.

Trump pour sa part a annulé un déplacement prévu au cimetière américain de Bois Belleau, dans le nord de la France, en raison du mauvais temps, a annoncé la Maison Blanche. «Le déplacement du président et de la Première dame au cimetière américain Aisne-Marne a été annulé pour des raisons de programme et de logistique liées au temps», a indiqué la Maison Blanche.

M. Trump devait se rendre dans ce cimetière situé dans le département de l'Aisne, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris, à bord de l'hélicoptère présidentiel Marine One.

(AFP)

Votre opinion