20.04.2017 à 16:00

SyrieRepas chauds à Alep grâce à Caritas Suisse

Une quinzaine de centres Caritas Suisse à Alep viennent en aide à la population syrienne, sous une menace constante depuis six ans.

1 / 150
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Keystone
Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Keystone

Les programmes d'aide de Caritas Suisse en Syrie sont constamment adaptés aux besoins nés de six années de guerre. De retour d'un voyage en Syrie qui l'a mené de Beyrouth à Damas et à Homs, son collaborateur Fabrice Boulé témoigne.

«Des centaines de milliers voire des millions d'enfants ont perdu leurs familles, manquent de tout», rapporte le responsable communication pour la Suisse romande, encore proche des scènes vécues.

«Accompagné par un collaborateur syrien de Caritas à Jaramana, quartier de Damas, je me suis retrouvé seul quelques instants. Aussitôt, un vendeur de rue s'est approché de moi et m'a proposé du pain», raconte-t-il, insistant sur l'accueil et le plaisir manifeste qu'ont les habitants de ces contrées de voir quelqu'un s'intéresser à eux.

Caritas Syrie compte une quinzaine de centres tenus par des volontaires. Les familles enregistrées (ayant décliné leur identité et leur lieu de résidence) y reçoivent des bons d'une valeur de 50 à 80 francs leur permettant de s'approvisionner dans les commerces locaux en biens de première nécessité tels que vivres ou aliments.

Une aide financière au logement ou une subvention pour fréquenter les écoles privées - tenues par des instituteurs syriens eux-mêmes déplacés de leur région de base - font partie des mesures auxquelles Caritas Suisse participe.

Quelque 8000 repas chauds sont également préparés et livrés cinq jours par semaine par un centre partenaire de l'ONG à des personnes déplacées à Alep.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!