Débordé: Repas gastros à l'emporter: Franck Giovannini pose les plaques
Actualisé

DébordéRepas gastros à l'emporter: Franck Giovannini pose les plaques

Le chef étoilé de l'Hôtel de Ville de Crissier (VD) met un terme à sa belle initiative à 80 francs, imaginée en raison du Covid-19. La boutique en ligne a littéralement explosé.

par
Evelyne Emeri
Franck Giovannini a dû cesser ses menus à l'emporter après trois vendredis seulement. Trop de succès, trop de déçus.

Franck Giovannini a dû cesser ses menus à l'emporter après trois vendredis seulement. Trop de succès, trop de déçus.

DR

«Nous voulions faire plaisir aux gens en cette période un peu particulière, c'était notre seule motivation. En aucun cas, il ne s'agissait de faire de l'argent ou de comptabiliser la moindre marge. C'était bien pour nos fournisseurs, ça payait la marchandise. L'idée, c'était de continuer à proposer des mets de qualité à la veille du week-end, préparés en cuisine chaque vendredi avec mon sous-chef et mon pâtissier.»

Atteint à son domicile, Franck Giovannini, 46 ans, se dit déçu d'avoir dû renoncer, mais il était impossible de tenir la cadence à trois: «Quand nous avons lancé les commandes en ligne, en quatre minutes, il y avait 1000 personnes sur le site...»

Pas pour le client lambda?

A la base, le chef étoilé avait prévu 200 repas gastronomiques à l'emporter par vendredi. «Dès le départ, le système a bugué tellement il y avait de demandes et j'en ai fait 400 le premier vendredi. Comme les gens n'arrivaient plus à passer commande, nous avons reçu des mails de personnes déçues ou en colère. Et les habitués, qui ont mon portable, m'ont appelé en me reprochant de ne pas les avoir avertis.»

Est-ce à dire que le client lambda, susceptible de s'offrir un rêve gastronomique à 80 francs (trois plats) et pas les menus en salle, n'était pas attendu? «Pas du tout, réplique le boss. Ma démarche était précisément ouverte à tous.»

Prioriser la sécurité du personnel

La demande a été exponentielle malgré les avertissements de Franck Giovannini, qui avait clairement précisé dans sa communication que «les quantités seraient limitées». Face à la déferlante, il a fallu trancher. Et décider de stopper la vente en ligne de menus à l'emporter, tendant à continuer à faire découvrir la gastronomie en pleine pandémie.

«Je n'avais plus le choix. Nous étions dépassés. Encore une fois, cette opération ne visait qu'un seul but: faire plaisir. Malheureusement, nous n'avons pas pu répondre aux sollicitations bien trop nombreuses. Nous ne sommes pas censés travailler (ndlr. tous les employés sont au chômage partiel). La priorité reste la sécurité sanitaire de mon personnel. Nous ne pouvions dès lors pas produire de plus gros volumes.»

Seulement trois vendredis

Franck Giovannini n'aura pu servir ses hôtes dans l'entrée du Restaurant de l'Hôtel de Ville que trois vendredis de suite, les 10, 17 et 24 avril. Victime de son succès et contraint d'arrêter l'aventure, il a décidé de se concentrer sur l'élaboration de sa nouvelle carte estivale. «Nous espérons pouvoir rouvrir courant juin, en principe dès le 8 juin. Nous attendons les prochaines directives du Conseil fédéral qui ne devraient pas tarder.»

Evelyne Emeri

evelyne.emeri@lematin.ch

Votre opinion