04.09.2020 à 08:49

Avions de combatRepris par Nordpresse, Daniel Brélaz fait rire les Belges

La prestation du conseiller national écologiste vaudois est devenue virale sur les réseaux sociaux. Même le site parodique belge Nordpresse s’en amuse.

par
Eric Felley
Daniel Brélaz explique qu’un jet supersonique étranger met environ huit minutes pour traverser la Suisse, Selon lui, les jets suisses n’auraient guère le temps de décoller pour l’intercepter.

Daniel Brélaz explique qu’un jet supersonique étranger met environ huit minutes pour traverser la Suisse, Selon lui, les jets suisses n’auraient guère le temps de décoller pour l’intercepter.

«Il est amusant ce type», «Le Bourvil suisse», «Énorme». «Il m’a tué­…» Les Belges sont en train de découvrir le conseiller national écologiste Daniel Brélaz (Verts/VD). Le site parodique belge Nordpresse a repéré sur les réseaux sociaux la vidéo de l’intervention de Daniel Brélaz au Conseil national lors du débat sur les avions de combat. Dans le cas présent, ce n’est pas une parodie, c’est bien réel.

Fidèle à sa rhétorique pince-sans-rire, l’air de ne pas y toucher, entrecoupant ses phrases de respirations caverneuses, Daniel Brélaz démontre dans son discours que «l’achat» n’en vaut pas la peine. D’une part, un jet supersonique qui attaquerait la Suisse mettrait huit minutes à la traverser. De l’autre, nous sommes protégés par l’OTAN. Si d’éventuels avions ennemis doivent arriver sur nos têtes, de Russie ou de Chine, c’est que l’OTAN aura perdu la maîtrise du ciel et que la Suisse ne pourra pas sauver le continent avec ses quinze avions.

La «nonchalance d’un poulpe»

Sur Nordpresse, les internautes belges ont abondamment commenté la prestation du Suisse «On dirait le sketch de Bigard, La chauve-souris», s’exclame un tel. Un autre s’enthousiasme: «Excellent! Comme quoi même avec la nonchalance d’un poulpe asthmatique, les arguments sont percutants… ça veut tout dire»

Toutefois, bien des intervenants raillent un peu l’égoïsme sous-jacent des Helvètes protégés par leurs voisins: «Franchement c’est drôle et c’est plein de bon sens. Mais d’un autre côté si tous les membres de l’OTAN compte sur d’autres pour les défendre… Ben il ne restera plus grand-chose», relève un tel. Un autre renchérit: «La Suisse. l’éternelle neutralité, compte sur ses voisins en fait! Et pas que dans la défense arienne quand on réfléchit bien».

Un troisième rappelle le vieux principe: «Si tu veux la paix, prépare la guerre. Imaginer que tout le monde est gentil autour de soi ou que les autres feront le boulot à sa place n’est pas une solution».

Chez les Belges aussi, l’acquisition d’avions de combat est un enjeu âprement discuté: «C’est combien encore qu’on a dépensé? s’interroge un intervenant. Entre 5 et 15 milliards pour quelques avions de chasse… On va faire quoi avec ces quelques avions contre les milliers de têtes nucléaires que possède la Russie?» Les Belges pourraient inviter Daniel Brélaz pour qu’il explique comment s’y prend la Suisse pour ne jamais se fâcher avec les Russes.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
95 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

4JM 011

05.09.2020 à 23:06

Les belges ont trouvés une histoire suisse qui les fait marrer....comme ils ont tort de rire de la sénilité. ..

Dane

05.09.2020 à 22:05

Bravo à Daniel ... Pour ma part des missiles prêt à être tirer serrai plus dissuasif ... PAS D'AVIONS INVESTISSONS CETTE ARGENT AILLEURS donc voter NON

Tibor sesti

05.09.2020 à 15:08

Je peine a comprendre les commentaires négatif que j'ai pu lire sur lui et pas grand chose sur le thème . Si vous n'êtes pas en accord avec ses dires veuillez argumenter sur le sujet et non sur l'âge où ses opitinons passée