Valais: Résolution et pétition contre les produits dangereux au Simplon
Publié

ValaisRésolution et pétition contre les produits dangereux au Simplon

Réunis en assemblée à Martigny, les membres de l’Initiative des Alpes ont adopté un texte qui demande l’interdiction du transport de marchandises dangereuses via le col valaisan.

Les membres de l’Initiative des Alpes samedi à Martigny.

Les membres de l’Initiative des Alpes samedi à Martigny.

DR

Chaque année, 11’000 poids lourds chargés de produits dangereux traversent le col du Simplon (2000 mètres d’altitude), alors qu’un tunnel ferroviaire permettrait de transporter leur fret de manière bien plus sûre. Devant ce constat, les membres de l’Initiative des Alpes, réunis en assemblée samedi à Martigny, ont adopté à l’unanimité une résolution qui demande au Conseil fédéral et au gouvernement valaisan l’interdiction de transporter des marchandises dangereuses par ce col.

Depuis des années, le canton du Valais et les industries ne répondent pas à la demande du Conseil fédéral de protéger la population en restreignant le passage des marchandises dangereuses par le col du Simplon, critique l’Initiative des Alpes dans un communiqué samedi. Ce transit met en danger toute la région le long du Rhône jusqu’au Léman, estime-t-elle. Et de rappeler que de tels transports sont déjà interdits au Grand-Saint-Bernard (VS/I), au Gothard (UR/TI) et au San Bernardino (GR/TI).

Pétition lancée

L’association, lassée d’attendre, a lancé une pétition pour demander au gouvernement valaisan de reconsidérer la situation et de se positionner en faveur d’une interdiction. La collecte de signatures est en cours et se terminera à la fin juillet. Elle sera remise au gouvernement valaisan en août à Sion.

À noter encore que Jon Pult, président, et Marina Carobbio, vice-présidente, ont été confirmés dans leur fonction respective samedi. Deux nouveaux venus valaisans rejoignent en outre le comité. Il s’agit de Christophe Clivaz (53 ans), conseiller national Vert et professeur à l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne; et du socialiste Emmanuel Amoos (41 ans), conseiller national également. En revanche, la conseillère nationale et ancienne coprésidente des Verts, Regula Rytz, quitte le comité après neuf ans d’activités et rejoint le Conseil des Alpes.

(cht/comm)

Votre opinion

3 commentaires