Publié

France«Ressuscitée» par deux policiers

Le certificat de décès d'une Parisienne a été signé un peu trop vite par un médecin: un massage cardiaque prodigué par deux policiers l'a ramenée à la vie...

par
P. G.
La malheureuse doit une fière chandelle à la police. (AFP/Valery Hache

La malheureuse doit une fière chandelle à la police. (AFP/Valery Hache

Incroyable histoire que celle arrivée jeudi dernier à une habitante de Paris de 49 ans. Victime d'un arrêt cardiaque à son domicile, elle n'a pas pu être ranimée par les pompiers et le Samu. Face à l'inéluctable et constatant que la malheureuse ne respire plus, un médecin la déclare morte en fin d'après-midi et signe le certificat de décès «avec un obstacle médico-légal» (cause suspecte) , selon «Le Parisien», qui a révélé l'affaire.

Une heure plus tard, deux policiers débarquent chez elle pour, comme il est d'usage, mener une enquête sur les circonstances du décès. Et c'est là que l'impensable se produit: en soulevant le drap sous lequel repose la victime, ils constatent «des mouvements au niveau du ventre». Et ils sentent que le pouls bat faiblement au niveau de la veine jugulaire.

«Une résurrection»

S'ensuit alors un massage cardiaque frénétique. Et au bout d'une trentaine de minutes, le miracle survient: la «morte» revient à la vie. Et le médecin des pompiers est rappelé pour annuler le certificat de décès.

Conduite à l'hôpital Necker, la victime l'a échappé belle car elle aurait pu être enterrée vivante... «C'est une résurrection après Pâques», a confié au «Parisien» Jérôme Coumet, le maire du XIIIe arrondissement où vit la quadragénaire.

Ton opinion