Sommet Biden-Poutine - Les Forces aériennes surveilleront le ciel à Genève
Publié

Sommet Biden-PoutineLes Forces aériennes surveilleront le ciel à Genève

Du 15 au 17 juin 2021, une restriction de l’usage de l’espace aérien sera établie pour la rencontre des présidents russe et américain le 16 juin.

par
comm/pmi
Les parcs des Eaux-Vives et de La Grange seront fermés du 11 au soir au 17 juin au matin pour la rencontre.

Les parcs des Eaux-Vives et de La Grange seront fermés du 11 au soir au 17 juin au matin pour la rencontre.

Pierre Abensur/TDG

Afin d’assurer la sécurité entourant la rencontre entre le président américain, Joe Biden, et le président russe, Vladimir Poutine à Genève, le Conseil fédéral a approuvé une restriction temporaire de l’usage de l’espace aérien du 15 au 17 juin 2021 dans la région de Genève. S’agissant d’une réunion internationale de haut niveau, une telle mesure est nécessaire pour assurer la sécurité de la rencontre, selon le Conseil fédéral. La Suisse est tenue d’assurer la protection des personnes jouissant d’une protection spéciale en vertu du droit international public, tels que les chefs d’États américain et russe. Les Forces aériennes assureront un service de police aérienne et une surveillance renforcée de l’espace aérien.

La restriction dans l’usage de l’espace aérien sera active du mardi 15 juin 2021, à 8 heures locales au jeudi 17 juin 2021, à 17 heures locales et se limitera à une zone centrée sur la place des Nations à Genève. Les vols commerciaux en provenance et à destination de l’aéroport international de Genève ne seront pas touchés par la restriction.

Engagement de l’armée

En parallèle, le Conseil fédéral a également approuvé l’engagement subsidiaire d’un effectif maximal de 1000 militaires en service d’appui au profit des autorités cantonales de Genève. L’armée prendra notamment en charge la protection des représentations étrangères et soutiendra, en mettant du matériel à disposition, la police cantonale genevoise dans le domaine du transport aérien et lacustre. Ces mesures complètent le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités cantonales. Elles n’entraînent pas de dépenses supplémentaires pour la Confédération. Le financement est réglé par voie du budget ordinaire.

Votre opinion

13 commentaires