Covid-19 - Restrictions sanitaires régionales possibles pour l’hiver
Publié

Covid-19Restrictions sanitaires régionales possibles pour l’hiver

Pour remédier à la faible couverture vaccinale dans certains cantons où les infections par le Covid-19 sont à la hausse, la Suisse orientale envisage des mesures plus restrictives.

Pour certains, il est temps d’accélérer la vaccination pour éviter «un hiver désagréable».

Pour certains, il est temps d’accélérer la vaccination pour éviter «un hiver désagréable».

AFP

La pandémie s'accélère à nouveau, et de façon très variable selon les cantons, rapporte la «NZZ am Sonntag». Le Tessin affiche le taux le plus bas – 77 nouvelles infections pour 100'000 habitants au cours des deux dernières semaines. Et, il a aussi le taux de vaccination le plus élevé: 67,2% de la population entièrement vaccinée. En queue de peloton, Appenzell Rhodes-Intérieures, le plus touché: 749 nouveaux cas pour 100'000 habitants. Et c’est d’ailleurs en Suisse orientale et centrale que la pandémie regagne le plus de terrain, tout en affichant le taux de vaccination le plus faible.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP), dans un courrier récent, indique ainsi que, face aux différences régionales, «pour suivre le développement du virus, il faudra beaucoup plus tenir compte du taux de vaccination dans les différentes régions que du taux suisse».

Solidarité entre cantons éprouvée

En Appenzell Rhodes-Intérieures, au faible taux de vaccination de 52,8%, Monika Rüegg Bless, directrice cantonale de la santé relève qu’il est temps d’accélérer la vaccination pour éviter «un hiver désagréable». Les vaccinations de rappel seront ainsi proposées aux personnes âgées dès le 8 novembre déjà dans ce canton. Toutefois, selon elle, les moyens de motiver la population au vaccin sont épuisés.

Lukas Engelberger, président de la Conférence des directeurs de la santé note que «le risque d'une lourde charge ou d'une surcharge du système de santé est à nouveau bien réel dans plusieurs régions», mais juge inutile, pour l’heure du moins, de pointer du doigt les différents cantons ou d’introduire des mesures régionales: «La dynamique n'est particulièrement favorable nulle part.»

Néanmoins, la solidarité entre cantons est déjà éprouvée. Mauro Poggia, le chef du Département de la santé du canton de Genève – en milieu de peloton en termes d'incidence du virus – estime ainsi «injuste que les cantons à faible taux d'incidence continuent d'être soumis à des mesures restrictives», tout en admettant que «la division n'est pas une solution».

La situation est préoccupante dans tout le pays

Quel que soit le canton, la situation épidémiologique n'est pas très encourageante. En raison de la stagnation de la vaccination, la Task Force Covid-19 estime que 15’000 à 30’000 personnes devront être hospitalisées au cours des prochains mois. Jusqu'à présent, la Suisse a compté un peu plus de 30’000 hospitalisations dues au coronavirus.

(ewe)

Votre opinion

271 commentaires