Commentaire: Résultats UBS: comme un malaise…
Publié

CommentaireRésultats UBS: comme un malaise…

La grande banque annonce un bénéfice 2020 record qui soulève quelques questions sur la gestion de la crise.

par
Eric Felley
Les activités d’UBS n’ont pas été entravées par la pandémie, de loin pas.

Les activités d’UBS n’ont pas été entravées par la pandémie, de loin pas.

UBS

Une «année difficile», mais des «résultats gratifiants»: c’est ainsi le directeur d’UBS, Ralph Hamers, a qualifié le résultat de l’année 2020. Une année donc difficile, comme pour tant de monde, sauf qu’à la fin, le bénéfice net explose de plus de 50% à plus de 6 milliards de francs. En passant, UBS annonce une autre bonne nouvelle: la banque a attiré «44,3 milliards d’argent nouveau».

Selon la banque, «le sentiment des investisseurs s’est amélioré au quatrième trimestre». Tiens, juste au moment où la seconde vague de Covind-19 est partie en vrilles... En réfléchissant à ces résultats, on est étonné dans un premier temps à quel point la finance semble déconnectée du monde réel. Alors que toute une partie de la population est précarisée par les restrictions liées au coronavirus depuis plus de 10 mois, les marchés financiers suivent, eux, leur propre destin, celui d’une courbe ascendante et de dividendes à verser.

On devrait se réjouir de la bonne santé du poumon financier de la Suisse. En même temps, cette réussite insolente est une offense à ceux qui continuent de payer leur loyer depuis des mois pour des locaux qu’ils ne peuvent pas utiliser ou qui doivent s’acquitter plein pot de leurs primes d’assurance. On se souvient que la question des loyers a divisé le Parlement qui a tranché, finalement, dans l’intérêt des propriétaires… Les gros créanciers du pays sont protégés.

Certaines voix à gauche critiquent cette politique «élitiste» menée par la Confédération car, dans cette pandémie, tous les flux financiers sont garantis vers le haut. Les petits acteurs économiques doivent, eux, se débrouiller pour trouver de l’argent, racler le fond de leurs poches ou attendre une aide de l’État pour payer leurs charges fixes.

Que UBS ait fait un bon résultat en temps de pandémie sera perçu comme une bonne nouvelle à Berne. Mais elle est entachée du soupçon que la banque s’enrichit, tandis que de nombreux citoyens piochent dans leurs réserves et s’appauvrissent.

Votre opinion

165 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Birof

27.01.2021, 21:45

Le ratio d'UBS est autour de 12-13,sauf erreur,en temps normal ça le fait bien mais en ce moment ? A ce que j'ai compris en Europe y'a pas une banque avec un ratio en dessous de 50 et je suis large . Le ratio c'est le nombre de fric a devoir être rembourser à la banque et 1 c'est les fonds propre de la banque. Exemple,si l'ubs a 10 francs dans les coffres on lui doit entre 120-130 francs. Ai-je bien compris les ratios ou pas du tout ?

moijereflechis

27.01.2021, 19:19

j'ai gardé des actions UBS depuis des années (plutôt j'étais leur esclave) sans avoir gagné grands choses à la fin. heureusement en fin d'année après avoir été payé pour la 2eme partie (détenus illégalement avec l'accord de FINMA) des bénéfices, j'ai décidé de sortir et investir dans la technologie du blockchain et j'inviterai tous de s'intéresser bien évidemment sur les fondamentaux.... Vous seriez très surpris des possibilités après une lecture saine et calme sur les Fiat

Philosophie

27.01.2021, 11:17

On ne peut que se réjouir de la santé financière de nos banques. Il ne faut jamais oublier que les milliards d’aides versés par l’état sont empruntés aux banques. Des banques en faillite et ce serait le crash comme en 1929.