03.05.2018 à 13:45

Hockey sur glaceReto Berra: «Si c’était à refaire? Je le referais»

Reto Berra vient de terminer une saison mouvementée en Amérique du Nord. Avant de penser à FR Gottéron, il dispute le Mondial au Danemark.

par
Grégory Beaud, Copenhague
Reto Berra: «Je sais désormais que mon futur est à FR Gottéron.»

Reto Berra: «Je sais désormais que mon futur est à FR Gottéron.»

Keystone

Rembobinons. En juillet dernier, Reto Berra a fait valoir une clause libératoire dans son contrat de cinq ans (trois ans plus deux d’option) avec FR Gottéron pour accepter une offre d’un an avec Anaheim pour 700'000 dollars garantis (NHL ou AHL, son salaire était le même). Mais, outre-Atlantique, le Zurichois n’a eu qu’un minimum d’occasions de briller avec trois titularisation en NHL et une majorité de matches en AHL. Une déception, forcément.

En début de semaine, le club de la BCF Arena a annoncé que Reto Berra serait un Dragon la saison prochaine et pour un minimum de deux ans, avec deux autres saisons en option. Pour de bon, cette fois? Interview avec le dernier rempart à 48 heures du début du championnat du monde à Copenhague où il pourrait bien être le gardien titulaire.

- Reto Berra, si vous le voulez bien, parlons d’abord de votre saison...

Je m’y attendais! (rires)

- Vous n’avez pas eu tant d’occasion de briller en NHL. Comment l’avez-vous vécu?

Franchement, ce n’était pas une année à la hauteur de mes attentes. Je mentirais si je vous disais le contraire. Toutefois, j’ai eu l’occasion de vivre une année intéressante d’un point de vue humain et sportif. Lorsque que l’on t’offre une opportunité de jouer en NHL, tu te dois de la saisir. Je m’en serais voulu de ne pas l’avoir fait.

- Vous êtes en train de dire que si c’était à refaire, vous prendriez la même décision?

Oui! Sans aucun doute.

- Et donc si une offre arrive chez votre agent cet été, que se passe-t-il?

J’ai 31 ans. Un an de plus que l’été passé au moment où je me suis dit que je tentais une dernière fois ma chance. Je sais désormais que mon futur est à FR Gottéron. Je vois la chose ainsi: je suis convaincu d’avoir pris la bonne décision en 2017. Et je suis convaincu de prendre la bonne en ce moment.

- Revenons à cette équipe de Suisse. Savez-vous déjà si vous jouerez le premier match samedi (12h15) contre l’Autriche?

Non, Patrick Fischer n’a encore rien dit à personne.

- Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous?

Ce n’est pas que moi. Je pense qu’on a tous hâte que cela commence. Surtout ceux qui ont participé à toute la préparation depuis plus d’un mois. Mais si je dois parler de mon cas, c’est vrai que j’ai peut-être un facteur motivation supplémentaire, car je n’ai pas beaucoup joué durant le dernier championnat.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!