Football - Ridge Mobulu: «Celle-ci ne doit rien à personne»
Publié

FootballRidge Mobulu: «Celle-ci ne doit rien à personne»

Le héros de la victoire d’Yverdon contre Cham (3-2) est revenu sur son doublé qui a envoyé son club en Challenge League.

par
Robin Carrel
(Yverdon)
Twitter @yverdonsport

Appelez ça du bon coaching de la part de Jean-Michel Aeby. Ou alors était-ce juste que l'entraîneur d'YS a un contingent qui regorge de talents. La vérité est que les deux sont vrais. Samedi, lors d'une partie potentiellement décisive face à Cham, le coach genevois a fait entrer Ridge Mobulu à la 62e, alors que les siens étaient menés et devaient gagner pour monter en Challenge League. Le milieu de terrain a marqué aux 72e et 82e minutes et la fête a pu commencer. On a croisé le double buteur avant que sa troupe ne fasse exploser le vestiaire.

Il a fallu aller la chercher cette victoire et vous êtes entré à point...

Exactement. On était un peu en difficulté et il y avait de la fatigue, je pense. On a enchaîné beaucoup de matches et avec la situation que tout le monde connaît, ce n'était pas facile. Voilà! On a fait le boulot comme il le fallait.

Cham n'a rien lâché. C'était un vrai match de promotion!

Oui, ce sont des matches comme ça, qu'on attend. Et c'est le genre de parties qui nous attend aussi à l'échelon supérieur, clairement! Ceux-là aussi, il faudra les jouer jusqu'au bout. Comme ce soir.

Vous marquez presque sur votre premier ballon, non?

Ah ouais, c'était mon premier ballon en fait. Le deuxième peut-être. Du froid réalisme (rires). Mais aussi de la réussite, hein!

C'est ça la force de ce YS? Tout le monde apporte sa pierre à l'édifice?

Oui, c'est vrai. On a un groupe très complet. Cette saison, il ne nous a pas manqué grand-chose. On a connu une vague de blessures récemment, mais sinon, l'effectif est costaud. C'est ça qui a fait notre force au final.

Depuis trois ans, il y a eu Kriens, le SLO, le Covid... Cette promotion est peut-être encore plus méritée que si elle avait dû avoir lieu plus tôt, non?

Oh que oui, celle-ci ne doit rien à personne. On peut souffler. C'est mérité pour le club en général, ce groupe de joueurs... Dans cet effectif, on a tous apporté un petit quelque chose.

Il reste encore quelques matches pour profiter maintenant. Le prochain, à Bavois, par exemple. Mais on se trompe si on vous dit que vous êtes déjà presque une équipe de Challenge League, sur le papier?

Oui, on peut dire ça comme ça (rires).

Votre opinion