France: Rixe mortelle: le rappeur MHD en garde à vue
Actualisé

FranceRixe mortelle: le rappeur MHD en garde à vue

Le rappeur parisien MHD a été placé en garde à vue mardi matin dans le cadre d'une enquête sur la mort d'un jeune homme.

Le rappeur MHD.

Le rappeur MHD.

AFP

Début juillet, un jeune homme de 23 ans était décédé après avoir été blessé à l'arme blanche lors de cette rixe à laquelle une quinzaine de personnes avaient pris part, selon une source policière de l'époque.

Le rappeur à succès a été placé en garde à vue au 2e district de police judiciaire, selon cette même source qui a confirmé une information du Point sans pouvoir préciser son degré d'implication dans les faits.

MHD, inventeur autoproclamé de l'«afro-trap», rap festif aux influences africaines, est notamment connu pour son tube «Champions league» et son premier album éponyme, certifié triple disque de platine en France et disque de platine à l'export.

Le rappeur, qui a sorti en septembre son deuxième album «19», doit en principe se produire dès mercredi à Amsterdam, dans une tournée qui l'emmènera en Europe (Allemagne, Suède...) et en Amérique du Nord avant un concert prévu le 29 mars à l'AccorHotels Arena (Bercy).

Le GIGN grâce à lui

En 2015, alors qu'il était livreur de pizza, MHD - Mohamed Sylla de son vrai nom - s'était fait remarquer grâce à un «freestyle», une improvisation postée sur les réseaux sociaux, avant de s'imposer très vite grâce à son style détonant de l'afro-trap.

Son tube «Afro Trap Part. 3 (Champions League)», hymne à la gloire du PSG, est alors relayé par les stars du club et il sera même invité à l'Élysée sous le mandat de François Hollande, lors de la visite du président guinéen Alpha Condé.

En octobre, ce fervent amateur des réseaux sociaux avait été à l'origine de l'ouverture d'une enquête de la police des polices (IGPN) après avoir publié une vidéo dans laquelle son «grand frère» était pris à partie lors d'une interpellation. «Aujourd'hui, mon grand frère à été victime d'agression policière en bas de chez moi!», avait notamment tweeté le rappeur du XIXe arrondissement. «On va mettre fin à cet abus de pouvoir».

La police affirmait de son côté avoir interpellé cet homme, ainsi qu'un autre, après «des outrages et des menaces».

(AFP)

Votre opinion