Publié

Hockey sur glaceRobert Mayer et les portes ouvertes

Le dernier rempart de GE Servette a précipité la perte de son équipe dans un match quasi perdu d’avance à Malley, face au LHC.

par
Grégory Beaud
Lausanne
Keystone

Vendredi soir, l’un des sponsors du Lausanne HC qui est venu remettre le prix du meilleur joueur était responsable des pintes ouvertes. Un événement gastronomique dont l’annonceur est l’organisateur. Du côté genevois, c’était une autre sorte d’événement qui était organisé: les portes ouvertes. Rien de gastronomique ici, mais une addition, elle, astronomique.

Et si la soirée a tourné à la gaudriole, c’est en premier lieu à cause de Robert Mayer. Le gardien genevois, qui revenait petit à petit en forme, a vu sa responsabilité être directement impliquée sur les 1-0 et 3-0 du Lausanne HC. Trompé tout d’abord dans un angle impossible par Joel Genazzi, il a ensuite laissé filer un tir anodin de Sandro Zangger dans son filet. On ne jouait que la 11e minute au moment où il a déjà dû céder sa place à Gauthier Descloux. Mais le mal était fait. Il n’était pas encore 20 heures que le nom du vainqueur était déjà connu.

Défense fébrile

A Lausanne, GE Servette s’est présenté avec un alignement défensif bien trop limité pour espérer ramener quoi que ce soit de son déplacement. Ainsi le joueur de centre Timothy Kast a dû patiner au sein d’une arrière-garde décimée. Dans ces conditions, difficile d’escompter terminer la soirée avec le sourire. Si Kast a tant bien que mal «fait le job» dans un rôle qui n’est pas le sien, il n’a pas pu faire oublier les Tömmernes et autre Fransson. En l’absence des deux Suédois et même avec la présence d’Eric Martinsson, la défense grenat est actuellement bien trop «light».

Et si Lausanne s’est largement imposé, c’est bien sûr en raison de la fébrilité du dernier rempart adverse et de sa défense. Mais c’est aussi en raison de ses joueurs suisses retrouvés. Logiquement critiqué depuis plusieurs semaines pour son mutisme, Christoph Bertschy a même fait trembler les filets à deux reprises. Avec trois points, le Fribourgeois de Malley a scoré autant que durant les dix derniers matches. Si l’on ajoute à cela les réussites des très discrets Joel Genazzi et Sandro Zangger, tous les ingrédients étaient réunis pour que la soirée de vendredi tourne à la démonstration. Pour sa dernière rencontre avant la trêve, le LHC ne pouvait pas rêver mieux.

Genève, de son côté, devra encore aller batailler samedi soir à Zurich (19h45). En espérant que le sponsor zurichois appelé à remettre les prix soit une entreprise spécialisée dans la serrurerie.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!