Actualisé

InterviewRoberto Benigni: «On continue à m'appeler Pinocchio»

Le film «Pinocchio» de Matteo Garrone est sorti en salle le 1er juillet. Rencontre enthousiaste avec l'acteur italien, qui joue Geppetto, et le réalisateur.

par
LeMatin.ch

Roberto Benigni et Matteo Garrone lors de leur venue au Festival international du film de Berlin en février dernier.

C'est lors de la Berlinale, en février dernier, que nous avons eu l'opportunité de rencontrer Roberto Benigni et le réalisateur Matteo Garrone. Une interview en italien pleine de gestes et de cris qui nous font rapidement oublier le froid allemand.

Le réalisateur primé à Cannes en 2008 pour «Gomorra» présente sa version du conte de «Pinocchio». Dans le rôle de Geppetto, on retrouve le légendaire acteur qui n'a pas hésité une seconde avant de se lancer dans cette aventure. Alors que le long-métrage était prévu pour avril dans les salles en Suisse romande, il est finalement sorti ce 1er juillet au cinéma.

Vous avez tous les deux un lien spécial avec Pinocchio depuis votre enfance. Racontez-nous.

Roberto Benigni: Depuis que j'ai 5 ans ma mère m'appelle Pinocchietto. «Viens ici! Ne dis pas de mensonges ou ton nez deviendra plus long!», criait-elle. J'ai grandi à 20 kilomètres d'où est né Pinocchio. J'aurai pu l'avoir rencontré ou cela aurait simplement pu être moi. J'étais un enfant pauvre et libre, comme lui. Mon père était un espèce de menuisier comme Geppetto et ma mère était la fée bleue. Elle était si belle... Quand j'ai grandi, des amis ont continué à m'appeler Pinocchio. Federico Fellini me prénommait ainsi.

Matteo Garrone: Cette histoire m'a suivi toute ma vie. J'ai étudié la peinture et j'ai fait fait mon premier dessin de Pinocchio à 6 ans. J'ai grandi avec ce mythe. Petit, je n'avais pas envie de faire des devoirs, je voulais juste jouer et être libre.

Pourquoi avoir voulu réaliser un long-métrage aujourd'hui?

M. G.: Car il s'agit d'une fable moderne qui parle des problèmes d'aujourd'hui, mais aussi de ceux du futur. Sans oublier que ma perception sur l'histoire a changé depuis que j'ai un fils (ndlr.: Nicola Garrone, 11 ans). Il est devenu à son tour un petit Pinocchio et moi Geppetto. (Rires.) Je connais les deux personnages et leur manière de fonctionner. Dès que Roberto Benigni a donné son accord pour jouer dans le film, j'étais encore plus motivé. Il a amené son univers, son passé. Et surtout son génie en tant qu'acteur.

Roberto Benigni, vous aviez réalisé un long-métrage sur Pinocchio en 2002 dans lequel vous campiez le rôle principal. Avez-vous hésité avant de vous lancer dans ce nouveau projet?

R. B.: J'étais tellement heureux quand Matteo m'a demandé d'être Geppetto. Je n'ai pas réussi à dormir la nuit avant de lui donner ma réponse. C'est une opportunité incroyable de jouer une fois le fils et une fois le père. Et pour être honnête, le résultat est juste splendide. Je l'ai déjà vu à plusieurs reprises. À chaque fois je reste la bouche ouverte par le travail fou qu'il a réalisé.

Qu'est-ce qui vous plaît dans ce conte?

R. B.: Tout d'abord, c'est une fable incroyable! L'une des plus belles au monde. Elle nous apprend beaucoup sur la vie. Même s'il y a certains aspects sombres, ils vous aident à mieux comprendre ce qui vous entoure et à faire attention aux dangers. On évoque notamment la mort, la douleur mais aussi la vieillesse. Sans oublier que l'on parle aussi du bonheur, du fantastique, de l'humour et de l'amour la plupart du temps. C'est un film merveilleux. On ne pouvait pas faire mieux.

Fabio Dell'Anna, Berlin

Ton opinion