Basketball - Roberto Kovac: «C’est comme une finale de Coupe»
Publié

BasketballRoberto Kovac: «C’est comme une finale de Coupe»

Battus vendredi à Birsfelden, les Lions de Genève n’ont plus le choix: ils doivent gagner ce dimanche au Pommier pour passer en demi-finale.

par
Christian Maillard
Roberto Kovac et les Lions de Genève vont retrouver Deondre Burns ce dimanche au Pommier pour une «belle» de tous les dangers.

Roberto Kovac et les Lions de Genève vont retrouver Deondre Burns ce dimanche au Pommier pour une «belle» de tous les dangers.

Freshfocus

En voulant prendre un raccourci, vendredi, les Lions de Genève se sont perdus. Dans la banlieue de Bâle, les joueurs d’Andrej Stimac, qui avaient déjà un peu les jambes lourdes mercredi (85-66), se sont égarés, sans génie et sans énergie, sur le parquet glissant d’un adversaire outrecuidant qui l’attendait dans son piège.

Roberto Kovac avait pourtant égalisé à 73-73 dans les dernières minutes, mais cela n’a pas suffi aux Genevois pour sauver la fa(r)ce, puisque dans la foulée, Natan Jurkovitz et Tim Derksen ont manqué un panier facile et deux lancers francs alors que les Bâlois étaient repassés devant.

Tandis que FR Olympic, Massagno et Union NE sont déjà qualifiés pour le prochain tour, les vainqueurs de la Coupe de Suisse vont devoir passer par une «belle», ce dimanche au Pommier (à 16 heures), pour éviter une sortie de route prématurée en quart de finale.

‹‹Cela va nous réveiller un peu et nous remettre les pieds sur terre››

Roberto Kovac, Lions de Genève

Roberto Kovac, que s’est-il passé vendredi à Birsfelden: un excès de confiance?

Il y a plusieurs facteurs à relever. Tout d’abord, il est vrai qu’on a pris ce match un peu à la légère, même sil faut donner du crédit à Bâle, auteur d’une belle performance, qui a mieux joué que nous durant 40 minutes. Si on a eu, en fin de rencontre, lopportunité de gagner, on était sans énergie, on n’était pas là tout simplement.

Étiez-vous encore à Fribourg, en train de savourer cette belle Coupe de Suisse?

Je dois reconnaître qu’au niveau des émotions, cette finale de Coupe, disputée samedi passé, m’a pris beaucoup d’énergie. Il a été compliqué de se remettre sur le bon chemin tout de suite. On l’a vu mercredi chez nous d’ailleurs, où je ne me sentais déjà pas très bien. Maintenant, ce n’est pas une excuse, on l’a constaté avec Olympic, qui a fait du très bon boulot contre Boncourt.

En jouant tous les deux jours, vous n’avez pas le temps de trop réfléchir non plus. Ce n’est pas plus mal

Il est vrai que les matches vont s’enchaîner et qu’avec un laps de temps aussi court, cela va nous réveiller un peu et nous remettre les pieds sur terre. Comme l’a répété notre coach, chaque équipe peut nous battre à chaque match si on ne prend pas la rencontre au sérieux.

Et vous voilà au pied du mur, ce dimanche, avec une partie de tous les dangers au Pommier. Avec des efforts superflus qui n’étaient pas prévus et qui pourraient se payer cash par la suite, non?

On va devoir prendre désormais ce troisième match contre les Starwings comme une finale de Coupe, sans se soucier du nom de l’adversaire et tout donner. Si on arrive à faire ça, il n’y aura pas de problème.

Avec une demi-finale agendée à mercredi déjà

Mercredi, vendredi et dimanche, oui. Mais ce n’est pas le moment de penser à la demi-finale contre Neuchâtel. On doit vraiment prendre match après match pour éviter de sortir de notre route et de notre concentration

Votre opinion