Pharma: Roche s’empare de l’américain GenMark Diagnostics
Publié

PharmaRoche s’empare de l’américain GenMark Diagnostics

Le laboratoire bâlois accroît sa présence dans les diagnostics moléculaires en mettant la main sur le groupe californien GenMark.

par
Comm/smk
Roche se renforce dans l’offre de diagnostics avec l’acquisition de l’américain Genmark Diagnostics.

Roche se renforce dans l’offre de diagnostics avec l’acquisition de l’américain Genmark Diagnostics.

AFP

Roche a conclu un accord pour l’acquisition de GenMark Diagnostics. L’offre de 24,05 dollars par action valorise le développeur américain de solutions de diagnostic à 1,8 milliard de dollars (environ 1,7 milliard de francs) sur une base totalement diluée, explique le laboratoire bâlois, dans un communiqué, lundi.

Selon les termes de l’accord, Roche va soumettre une offre publique d’achat pour toutes les actions de GenMark aux mains du public. De son côté, l’entreprise américaine, cotée sur le Nasdaq, recommandera à ses actionnaires d’apporter leurs titres.

L’opération, qui est soutenue à l’unanimité par les conseils d’administration des deux groupes, devrait être bouclée au deuxième trimestre de l’année en cours. A son terme, GenMark Diagnostics continuera ses activités depuis son siège de Carlsbad en Californie.

L’acquisition de GenMark Diagnostics «élargira notre portefeuille de diagnostics moléculaires pour inclure des solutions capables de fournir rapidement des informations vitales aux patients et à leurs prestataires de soins dans la lutte contre les maladies infectieuses», a déclaré Thomas Schinecker, le directeur de Roche Diagnostics.

GenMark produit des tests de diagnostic moléculaire. Avec sa plateforme ePlex, l’entreprise américaine fournit des résultats rapides permettant aux docteurs de déterminer la cause de l’infection et le traitement le plus efficace. Ces tests permettent notamment d’identifier les organismes viraux et bactériens les plus courants associés aux infections des voies respiratoires supérieures, y compris le SRAS-CoV-2.

Votre opinion