Tennis: Roger Federer en mode express à Bâle
Actualisé

TennisRoger Federer en mode express à Bâle

Le «Maître» a expédié les affaires courantes et le Moldave Radu Albot en un peu plus d'une heure (6-0 6-3), en 8es de finale.

par
Sport-Center/bcr
Le Bâlois a donné une leçon de tennis.

Le Bâlois a donné une leçon de tennis.

Keystone

Le Bâlois n'est pas venu aux Swiss Indoors de Bâle, dans son jardin donc, pour plaisanter. Le nonuple vainqueur du tournoi rhénan, où il a par ailleurs disputé 14 finales, l'a prouvé mercredi soir dans une Halle Saint-Jacques pleine comme un œuf et aux anges.

Après avoir balayé lundi le qualifié allemand Peter Gojowczyk (6-2 6-1), le Maître a infligé mercredi soir en huitièmes de finale une correction de la même ampleur au Moldave Radu Albot (29 ans/ATP 49). Un adversaire qui avait tout de même poussé le Suisse à un troisième set lors de leur unique confrontation directe. C'était au Masters 1000 de Miami fin mars 2019 (succès 4-6 7-5 6-3 de «RF» en 32es de finale). 6-0 6-3 en 62 minutes: le score en dit long sur le déséquilibre des forces en présence.

Face à un contradicteur qui n'a certes pas inventé l'eau chaude mais qui dispose tout de même de quelques références intéressantes (on n'intègre pas le Top-50 de l'ATP par hasard), Roger Federer n'a pas présenté la moindre faille. Parfait au service, irréprochable au filet, brillant dans tout ce qu'il a entrepris, le Bâlois a laissé une formidable impression d'aisance. Il s'est visiblement amusé sur ce court central qu'il affectionne tant. Du plaisir il a donné, du plaisir il a eu!

Une seule alerte

Trois jeux à rien en 11 minutes, puis une «roue de vélo» après 24 minutes: le premier set a filé à vitesse grand V. «Papi» Federer n'a connu qu'une seule alerte, à savoir deux balles de break à sauver dans le quatrième jeu.

Dans la deuxième manche, Radu Albot semblait s'acheminer vers le même tarif, la même sanction. Mais le Moldave, mené 0-2, a bénéficié d'une petite erreur de jugement du Suisse pour débloquer son compteur personnel. Le match a ensuite été plus «indécis» - comprenez les guillemets, Federer se contentant de gérer son service pour conclure sereinement 6-3.

D'ores et déjà qualifié pour les quarts de finale, et même s'il n'a guère dépensé d'énergie contre Gojowczyk comme contre Albot, Roger Federer aura l'avantage d'avoir un jour de repos de plus que son adversaire du dernier huit. Ce sera soit l'Américain Frances Tiafoe, soit un certain… Stan Wawrinka.

Votre opinion