Publié

TennisRoger Federer est en finale!

6-4 6-4 6-4, un break par set: le Suisse a parfaitement rempli son contrat face au Canadien Milos Raonic. Il affrontera Novak Djokovic dimanche (15h, en direct sur «LeMatin.ch»).

1 / 10
AFP
AFP
AFP

Roger Federer (no 4) n'a pas failli. Le Bâlois de 32 ans a fêté sa neuvième victoire en neuf demi-finales jouées à Wimbledon, dominant Milos Raonic (no 8) 6-4 6-4 6-4 en 1h41'.

L'homme aux 17 titres du Grand Chelem disputera donc sa 25e finale majeure dimanche dès 15h (heure suisse). Il fera figure de favori face au Serbe Novak Djokovic (no 1), qui ne s'est guère montré convaincant dans la première demi-finale.

Favori face à Djokovic

Le maître bénéficie d'une opportunité peut-être unique d'ajouter une ligne supplémentaire à son palmarès-record en Grand Chelem. Il jouera sa première finale majeure depuis l'édition 2012 de Wimbledon, où il avait triomphé pour la septième fois en battant Andy Murray en finale. Ce retour en grâce semblait pourtant bien improbable au sortir d'un été 2013 gâché par ses douleurs au dos et marqué par une défaite subie dès le 2e tour à Londres.

Roger Federer n'a, lui, jamais cessé d'y croire. Et il pourra aborder le grand rendez-vous de dimanche avec un certain relâchement. Seuls deux joueurs sont en effet parvenus à le battre dans une finale de Grand Chelem: Rafael Nadal - à six reprises - et Juan Martin Del Potro, lequel avait créé la surprise en dominant le Bâlois en cinq sets en finale de l'US Open 2009.

Concentré et appliqué

Vendredi, Roger Federer n'a même pas eu besoin de sortir le grand jeu face à Milos Raonic (23 ans), dont les 17 aces n'ont pas pesé bien lourd dans la balance. Concentré et appliqué du premier au dernier point, le Bâlois a pleinement profité du manque de mobilité du bombardier canadien (1m96, 99 kg). Il ne devait faire face qu'à une seule balle de break, qu'il effaçait d'un service gagnant dans le huitième jeu du premier set.

Les doutes s'étaient alors déjà dissipés dans une demi-finale que certains annonçaient difficile à négocier pour Roger Federer. Impressionnant sur son engagement depuis le début du tournoi avec 147 aces armés en cinq matches et un seul break concédé, Milos Raonic lâchait ainsi son service dès le premier jeu... Le Canadien se retrouvait virtuellement avec un set de retard après un seul jeu!

Avec un set dans son escarcelle, Roger Federer pouvait évoluer de manière encore plus relâchée. Intouchable sur ses jeux de service, il n'avait qu'à attendre son heure. Milos Raonic était ainsi «puni» à chaque baisse de régime. Et le scénario était le même dans les deux derniers sets: le Canadien craquait à chaque fois à 4-4, effaçant les deux fois une première balle de break avant d'être poussé à la faute sur la seconde par un Roger Federer remarquable dans son jeu de défense.

Le Bâlois ne tremblait pas au moment de conclure, armant un service gagnant sur sa première balle de match.

(SI)

Votre opinion