Tennis - Roger Federer: «Je n’ai pas eu une bonne attitude»
Actualisé

TennisRoger Federer: «Je n’ai pas eu une bonne attitude»

Déçu par son comportement en fin de rencontre, le Bâlois a mis du temps à venir parler à la presse après son élimination dès les 8es de finale à Halle.

par
JSA
Roger Federer quitte Halle pour la première fois de sa carrière avant les quarts de finale.

Roger Federer quitte Halle pour la première fois de sa carrière avant les quarts de finale.

Getty Images

Deux heures et demie. C’est le temps que Roger Federer a mis pour se présenter en visioconférence après son élimination prématurée du tournoi de Halle, mercredi, au stade des 8es de finale. «J’ai senti que j’avais besoin de temps pour digérer ce 3e set. J’étais mécontent de la façon dont cela s’est terminé, comme lors du Geneva Open, où j’avais le sentiment d’avoir bien joué même s’il y a eu des hauts et des bas», a avoué «RF», qui a ensuite précisé les raisons de son apparition décalée face aux journalistes. «J’ai préféré prendre mon temps pour venir vous voir, je ne voulais pas le faire à chaud et ne pas être sûr de ce que j’allais dire, c’est la raison. Il y eut du bon et du moins bon dans ce match. Cela fait partie du processus lors d’un come-back.»

Depuis son retour sur le circuit, mi-mars à Doha, le Bâlois n’avait encore jusqu’ici jamais affronté un joueur de niveau top 20 comme Félix Auger-Aliassime. Le Canadien de 20 ans, qui s’est dit heureux d’avoir pu affronter et battre son idole d’enfance, a impressionné. «Il a vraiment fait un supermatch, et a été solide mentalement. Il a montré qu’il voulait gagner et a été meilleur que moi […] Je pense que mon premier set était très bon, le deuxième était OK et, quand j’ai eu un break de retard dans le troisième, j’étais déçu par moi-même, de laisser les points se dérouler de cette manière […] Mais la bonne chose après un tel match, c’est que je sais ce à quoi je dois réfléchir, comment avancer, parce que, clairement, je dois faire mieux.»

Interrogé sur un éventuel pépin physique, Roger Federer a répondu à côté, préférant pointer du doigt son comportement. «Je n’ai pas eu une bonne attitude. J’ai été déçu de mon ressenti sur le court et la façon dont les choses tournaient […] J’ai compris que cela n’allait pas être mon jour, qu’il n’y avait rien que je pouvais faire de plus. J’ai commencé à être vraiment négatif et ce n’est pas habituel chez moi. Ce n’est pas quelque chose dont je suis content ou fier. En même temps, lorsque vous jouez 1500 matches dans votre carrière, cela peut arriver. La bonne chose, c’est que cela n’arrivera pas les prochaines fois que je serai sur un court. C’est aussi pour cela que je voulais prendre du temps entre la fin de la partie et la conférence de presse, pour vraiment comprendre pourquoi je l’ai ressenti comme ça. J’ai parlé un peu avec Ivan (Ljubicic) et cela a fonctionné. Je me suis dit, on lève la tête, on regarde vers l’avant et on ne prend pas de décisions stupides maintenant. Il faut juste rester positif et se focaliser sur le prochain objectif, qui est clairement Wimbledon.»

Votre opinion