Afrique du Sud – Roi arrêté pour avoir cultivé du cannabis aux pieds de Nelson Mandela
Publié

Afrique du SudRoi arrêté pour avoir cultivé du cannabis aux pieds de Nelson Mandela

En Afrique du Sud, le roi khoisan a été embarqué par la police mercredi. Depuis 2018, des membres de sa communauté campent et cultivent du cannabis devant la présidence, pour que leur langue soit reconnue.

1 / 5
Le roi khoisan s’est accroché à un grand plant de cannabis.

Le roi khoisan s’est accroché à un grand plant de cannabis.

AFP
Des Khoïsans campent depuis trois ans devant la présidence sud-africaine, à Pretoria, réclamant la reconnaissance officielle de leur langue et de leurs terres.

Des Khoïsans campent depuis trois ans devant la présidence sud-africaine, à Pretoria, réclamant la reconnaissance officielle de leur langue et de leurs terres.

AFP
Une vingtaine de policiers, certains en tenue antiémeute, d’autres à cheval, étaient mobilisés.

Une vingtaine de policiers, certains en tenue antiémeute, d’autres à cheval, étaient mobilisés.

AFP

Un roi d’une communauté autochtone d’Afrique du Sud a été arrêté, mercredi, devant la présidence, à Pretoria, où des membres du peuple khoisan ont planté du cannabis et campent depuis trois ans en signe de protestation. Depuis 2018, une poignée d’entre eux sont installés sous des tentes formées de simples bâches sur la pelouse présidentielle, au pied d’une imposante statue de Nelson Mandela. Ils réclament la reconnaissance officielle de leurs langues et de leurs terres.

Vêtu d’un pagne, un de leurs représentants, qui se fait appeler «roi khoisan», a été embarqué alors qu’il s’agrippait à un plant de cannabis de plus d’un mètre de haut: «Vous avez déclaré la guerre», a-t-il lancé à la police, qui a supprimé la plantation.

La consommation et la détention à usage privé de cannabis, appelé «dagga» dans le pays, sont tolérées depuis 2018. Mais son usage en public et sa commercialisation restent punis par la loi.

«Ordures en uniforme»

Une vingtaine de policiers, certains en tenue antiémeute, d’autres à cheval, étaient mobilisés. Pendant le raid, un autre militant a demandé, incrédule, en afrikaans, la langue des descendants des premiers colons dérivée du néerlandais, si toute cette opération visait bien «les plants», traitant les officiers «d’ordures en uniforme». La police n’a pas répondu à la demande de commentaire de l’AFP.

Longtemps désignés sous le nom de Bushmen, les Khoisans étaient appelés Hottentots par les colons hollandais débarqués en Afrique du Sud au XVIIe siècle, en référence à leurs langues à clics.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires