Publié

tennisRoland-Garros - Wawrinka : "Je n'ai jamais espéré réussir une telle carrière" (ENTRETIEN)

Paris, 7 juin 2015 (AFP) - Le Suisse Stan Wawrinka, déjà sacré à l'Open d'Australie en 2014, n'en revenait pas de sa victoire dimanche sur le Serbe Novak Djokovic, N.1 mondial, en finale de Roland-Garros, et avouait qu'il n'avait "jamais espéré réussir une telle carrière".

Q : Cette victoire est-elle encore plus forte que celle à l'Open d'Australie l'an passé ? R : "C'est juste différent. Je n'essaie pas de comparer. Mais celle-ci est spéciale c'est sûr, parce que c'était contre Novak, le N.1 mondial, qui avait presque tout gagné depuis le début de l'année. Et aussi à cause de la manière dont j'ai joué, dont j'ai fini le match. La manière dont j'ai été concentré tout le match, dont j'ai changé la dynamique du match. Je suis encore surpris de la façon dont j'ai joué. Je pense avoir joué incroyablement bien aujourd'hui. J'étais nerveux, mais je ne me suis pas contracté. J'ai toujours frappé mes coups, j'ai toujours choisi le bon coup." Q : Qu'essayez-vous de nous dire avec votre short, placé devant vous ? R : "Rien. Je ne dis plus rien, sinon on me siffle sur le court (sourire). Tout le monde a l'air de parler de ce short depuis que je le mets. Je l'aime bien. Apparemment, je suis le seul (rires). Je sais que beaucoup de gens en ont parlé, et c'est amusant qu'il ait gagné Roland-Garros." Q : Vous aviez été éliminé l'an passé au premier tour. A quel point êtes-vous surpris de gagner aujourd'hui ? R : "C'est incroyable, c'est sûr. J'ai encore du mal à réaliser que j'ai gagné Roland-Garros. C'est toujours la même chose quand vous gagnez un grand titre, votre esprit est un peu confus. C'est une super sensation, mais en même temps il vous faut réaliser ce que vous avez fait. Je suis fier d'avoir gagné aujourd'hui contre Novak. C'est un joueur tellement difficile à jouer, surtout en finale. J'ai beaucoup de respect pour lui et son équipe. C'est un ami. Je sais qu'il veut énormément gagner ce titre. J'espère qu'il y arrivera un jour, parce qu'il le mérite." Q : Vous avez connu des hauts et des bas dans votre carrière, mais vous avez toujours gagné dans les grands moments. Pourquoi ? R : "C'est juste ma carrière. C'est étrange quand je me dis que j'ai gagné une médaille d'or aux JO (en double avec Roger Federer en 2008 à Pékin, NDLR), une Coupe Davis et deux tournois du Grand Chelem. C'est incroyable. Je n'ai jamais espéré réussir une telle carrière. Je n'ai jamais pensé pouvoir être aussi fort." Q : Votre entraîneur dit que depuis votre élimination à Monte-Carlo, vous vous êtes remis à fond dans le travail. Quel a été le déclic ? R : "On a eu une longue discussion après le tournoi. Je ne sais pas quel a été le déclic. C'est juste ma carrière, avec de grands hauts et de grands bas parfois aussi. Mais je suis fier de la manière dont j'ai réagi après ces deux mois très difficiles. J'ai eu de mauvais résultats et je n'ai pas joué mon meilleur tennis. Mais j'ai essayé de mettre toutes les chances de mon côté, et de m'entraîner très dur. Chaque jour, je donne tout pour le tennis, je fais des sacrifices. C'est de cette manière que je peux me donner une chance de gagner de grands tournois." Q : Que vous manque-t-il encore pour pouvoir être constant tout au long de l'année ? R : "Je ne sais pas. J'essaie à chaque tournoi, mais c'est comme ça. Je ne suis pas aussi fort que les joueurs du Big Four. Ils gagnent tout. Je suis assez fort pour gagner quelques gros titres, mais je n'ai pas trouvé comment faire pour jouer mon meilleur tennis à chaque tournoi. Mais ça me va comme ça, je suis satisfait de ma carrière jusqu'ici." Propos recueillis en conférence de presse cyb/pyv

(AFP)

Ton opinion