France - Roman Polanski mis en examen pour diffamation
Publié

FranceRoman Polanski mis en examen pour diffamation

L’actrice Charlotte Lewis, qui accuse le cinéaste de l’avoir violée, a déposé une plainte après les propos de celui-ci dans la presse.

Roman Polanski s’en est pris à Charlotte Lewis dans une interview dans «Paris Match» parue le 12 décembre 2019.

Roman Polanski s’en est pris à Charlotte Lewis dans une interview dans «Paris Match» parue le 12 décembre 2019.

NurPhoto via Getty Images

Le réalisateur Roman Polanski a été mis en examen le 23 juillet dernier à Paris pour diffamation après le dépôt d’une plainte de l’actrice Charlotte Lewis, qui l’accuse de l’avoir violée dans les années 1980, a appris BFMTV.

Le 12 décembre 2019, le cinéaste a donné une interview à «Paris Match», intitulée «Je ne suis pas un monstre», au cours de laquelle il revient sur les multiples accusations de viol qui pèsent sur lui. Il s’en prend notamment à Charlotte Lewis. En 2010, celle-ci a révélé que Roman Polanski l’avait violée en 1983.

«Voyez-vous, la première qualité d’un bon menteur, c’est une excellente mémoire. On mentionne toujours Charlotte Lewis dans la liste de mes accusatrices sans jamais relever ces contradictions», dit Roman Polanski qui cite des déclarations élogieuses à son sujet que l’actrice aurait faites dans la presse en 1986 et en 1999.

Campagne de dénigrement

Charlotte Lewis prétend aujourd’hui que ses propos ont été déformés et estime avoir subi une campagne de dénigrement de la part du cinéaste. L’actrice a décidé de porter plainte en diffamation. Le 1er avril 2021, une juge d’instruction a mis en examen Constance Benqué, présidente de Lagardère News, qui possède «Paris Match». Le 23 juillet dernier, c’est Roman Polanski qui a été à son tour mis en examen.

Contactés par BFMTV, les avocats du réalisateur n’ont pas souhaité commenter cette affaire. Un procès au pénal en France aura lieu, il pourrait intervenir dans un délai d’un à deux ans environ. «Le tribunal devra revenir sur le fond des accusations pesant sur Roman Polanski dans la mesure où la phrase qu’il est accusé d’avoir prononcée évoque les accusations de viol de Charlotte Lewis. Puisqu’il qualifie l’actrice de «menteuse», le cinéaste va devoir démontrer devant la justice en quoi elle ment», précise la chaîne française.

(Lematin.ch)

Votre opinion