Justice: Roman Polanski veut éviter la prison aux USA

Actualisé

JusticeRoman Polanski veut éviter la prison aux USA

Accusé de viol, le réalisateur pourrait être arrêté s'il remet les pieds sur le sol américain. Il veut que l'accord passé avec l'ancien procureur adjoint, Roger Gunson, soit descellé. Sa victime le soutient.

par
Cover Media
Le réalisateur franco-polonais risque toujours la prison aux Etats-Unis, où il est accusé de viol sur mineure.

Le réalisateur franco-polonais risque toujours la prison aux Etats-Unis, où il est accusé de viol sur mineure.

AFP

Les avocats de Roman Polanski se démènent pour que leur client puisse rentrer aux Etats-Unis sans faire de prison. Le cinéaste est toujours accusé d'avoir violé Samantha Gailey, alors qu'elle avait 13 ans, lors d'une fête à Hollywood, il y a 42 ans. Cette dernière vient de lui apporter un soutien de poids.

Harland Braun, l'un des défenseurs du réalisateur tient ainsi à ce qu'un accord qu'a passé son client avec l'ancien procureur adjoint, Roger Gunson, soit descellé. Dans cet accord, Roman Polanski devait faire 48 jours de prison. Le juge a cependant changé d'avis au dernier moment et commencé à envisager une peine de 50 ans. Le cinéaste a alors fui en 1978 et n'est pas revenu depuis. Le juge Scott Gordon, désormais en charge de l'affaire, insiste sur le fait que Roman Polanski doit répondre de sa fuite en Europe pendant 39 ans et pourrait donc être condamné.

Sa victime le soutient

La victime du réalisateur, Samantha Gailey, aussi connue sous son nom de femme mariée, Samantha Geimer, a de son côté contacté les autorités via son avocat pour apporter son soutien à Roman Polanski. C'est la procureure adjointe Michele Hanisee qui l'a révélé lors d'une audience le 25 avril, comme le rapporte Deadline.com.

Dans son message, Samantha Gailer exprime son vœu «que la transcription de l'accord avec Gunson soit disponible pour Monsieur Polanski et soit rendu public», a précisé Michele Hanisee. La procureur n'a pas employé son nom mais a plutôt parlé d'elle comme de la victime et a insisté sur le fait que son bureau n'avait ni retranscription, ni image de l'accord avec Roger Gunson.

Une nouvelle audience aura lieu le 9 juin pour savoir si l'accord peut être descellé. Samantha Geimer avait déjà soutenu Roman Polanski il y a deux mois. «Je pense qu'ils devraient le publier (l'accord). Je pense que la seule raison pour laquelle les procureurs demandent à ce qu'il reste scellé, c'est pour couvrir leurs propres agissements au sein du bureau du procureur et au tribunal. Je suis pour que la vérité éclate», avait-elle déclaré à TMZ.com précisant qu'elle avait pardonné à Roman Polanski.

Ton opinion