Accusation: Ronaldo avec sa victime présumée: la vidéo

Publié

AccusationRonaldo avec sa victime présumée: la vidéo

Des images de la star portugaise, dansant avec Kathryn Mayorga un soir de juin 2009 à Las Vegas, ont fuité.

Après les photos, la vidéo. Sortis cette semaine, les clichés de Cristiano Ronaldo en boîte de nuit avec Kathryn Mayorga, une femme de 34 ans qui accuse la star portugaise de viol, ont laissé la place à une vidéo, longue de 6 minutes, qui circule sur la plateforme Youtube depuis mercredi soir. On y voit les deux protagonistes de cette affaire en train de danser.

Selon son récit, l'Américaine avait rencontré Cristiano Ronaldo au Palms Hotel de Las Vegas le 13 juin 2009, chacun faisant partie d'un groupe. Le joueur était sur le point de passer de Manchester United au Real Madrid pour le transfert le plus cher du monde à l'époque. Il l'aurait invitée dans sa suite pour faire la fête, avec d'autres personnes.

Là, il aurait demandé à la jeune femme, 24 ans à l'époque, de se joindre au groupe dans un jacuzzi. Celle-ci n'ayant pas de maillot de bain, il lui aurait prêté un short de sport et un tee-shirt. Selon ses dires, c'est pendant qu'elle se déshabillait dans la salle de bain que le footballeur a fait irruption, sexe apparent, pour lui demander une fellation.

Kathryn Mayorga dit avoir refusé et demandé à quitter les lieux. Mais Ronaldo l'aurait ensuite poussée sur un lit pour tenter d'avoir une relation sexuelle avec elle. Et c'est parce qu'elle se protégeait le sexe de ses mains qu'il l'aurait sodomisée. Après cette soirée, une «médiation privée» avait été organisée avec des représentants de Ronaldo, la plaignante et son avocat.

A l'issue de discussions décrites comme très éprouvantes pour la jeune femme par ses avocats, une transaction financière avait été conclue, accordant le versement de 375'000 dollars en échange d'une confidentialité absolue sur les faits présumés ou l'accord, ainsi que l'abandon de toute procédure.

Pour les avocats de Kathryn Mayorga, cet accord est nul et non avenu, notamment en raison du trouble psychologique de leur cliente à l'époque et des pressions exercées à son encontre.

(jsa/afp)

Ton opinion