Actualisé

Proche-OrientRoquettes et représailles font des morts et des blessés

Des dizaines de roquettes palestiniennes ont été tirées entre samedi et dimanche sur Israël depuis la bande de Gaza, blessant quatre civils et quatre militaires israéliens.

A Gaza.

A Gaza.

AFP

Les représailles ont mené à la mort de quatre civils et de deux combattants palestiniens.

Selon l'armée et la police israéliennes, 90 roquettes ont été tirées de Gaza entre samedi et dimanche, faisant quatre blessés légers autour de la ville de Sdérot (sud). Les Brigades Al-Qods, branche armée du groupe radical Jihad islamique, revendiquaient dimanche matin 71 tirs de roquettes et d'obus de mortier contre Israël.

Les habitants du sud de l'Etat hébreu ont reçu l'ordre de gagner les abris. Les cours ont été suspendus dimanche matin dans toutes les localités israéliennes limitrophes de la bande de Gaza. Une mesure similaire a été adoptée par les autorités du territoire palestinien dans cinq écoles proches de la ville de Gaza.

Quatre militaires israéliens ont par ailleurs été blessés samedi lors d'une patrouille à la frontière avec le territoire palestinien, leur véhicule ayant été attaqué par une roquette antichar.

Du côté palestinien, quatre civils et deux combattants du Jihad islamique ont été tués et une trentaine d'autres blessés lors de raids aériens de représailles et de tirs d'obus tirés par des chars israéliens.

Le Hamas impliqué

Dans un communiqué conjoint, six mouvements palestiniens dont le Hamas, qui n'était pas ouvertement impliqué dans les affrontements de samedi, ont revendiqué les tirs de roquettes et d'obus de mortier de dimanche.

Les islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza depuis juin 2007, évitaient jusqu'ici de tels affrontements pour persuader les nouvelles autorités égyptiennes qu'ils peuvent contribuer à la stabilisation de la situation.

Ehud Barak, ministre israélien de la Défense et représentant centriste au sein de la coalition gouvernementale, a averti dimanche que le Hamas va payer «le prix fort, un prix douloureux».

«Le Hamas est responsable des tirs de roquettes et de toutes les autres tentatives à partir de Gaza visant à blesser nos soldats et nos civils, même si d'autres groupes y participent. Et c'est le Hamas qui va payer le prix fort, un prix qui sera douloureux», a prévenu Ehud Barak dans un communiqué.

«Ces deux derniers jours, Tsahal (ndlr: l'armée israélienne), sur mon ordre, a évalué une série d'options pour des réponses plus dures contre le Hamas et les autres organisations terroristes à Gaza», a précisé Ehud Barak. «Nous frapperons avec une intensité toujours plus grande», a-t-il ajouté dans son communiqué.

«Prêts à l'escalade»

Quant au premier ministre Benjamin Netanyahu, il a averti lors du Conseil hebdomadaire des ministres qu'»Israël ne restera pas sans rien faire face aux tentatives de nous attaquer. Nous sommes prêts à l'escalade» en intensifiant nos actions.

Selon le ministre pour la Défense passive Avi Dichter, «Israël ne peut pas accepter l'existence entre son territoire et l'Egypte d'une entité terroriste où les armes s'accumulent».

«A terme, vu la répétition des cycles de violence, nous devrons lancer une opération stratégique afin de rétablir notre force de dissuasion face aux groupes armés» dans la bande de Gaza, a-t-il prévenu.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!