Publié

CharitéRosanna Arquette, star du gala de Womanity Foundation à Genève

Rosanna Arquette a assisté au gala de bienfaisance de la fondation Womanity au Country Club de Bellevue (Genève). La star américaine a pu y croiser Arielle Dombasle, Jo-Wilfried Tsonga ou Alizée Gaillard, tous venus soutenir la fondation qui œuvre pour l’avancement des filles et des femmes dans le monde.

par
Trinidad Barleycorn

Dans son nouveau film «The Divide», Rosanna Arquette, incarne une rescapée de catastrophe nucléaire, sur fond de fin du monde. Dans la vraie vie, l'actrice américaine, qui a honoré hier de sa présence le gala biennal de charité de la fondation Womanity au Country Club de Bellevue, ne craint rien de tout ça. Et le 21 décembre 2012? « Ce n'est rien de mauvais. Je pense que ce sera le début d'une période de lumière et la fin d'une longue période emplie de négativité. Il faudra alors mettre toute son énergie à se débarrasser de ce qui est mauvais. Pour moi, le 21 décembre 2012 n'est rien d'effrayant. C'est le moment du renouveau», se réjouit l'Américaine de 52 ans, sur qui le temps semble ne pas avoir prise.

Ce séjour à Genève est déjà son troisième: «J'adore venir ici, c'est merveilleux.» Mais trêve de babillage, Rosanna Arquette doit prononcer un discours et espère pouvoir réviser encore un peu. Son rôle d'ambassadrice pour Womanity Foundation, qui lutte pour l'amélioration de la condition des petites filles et des femmes dans le monde, elle le prend très à cœur.

Jo-Wilfried Tsonga et Guy Forget en mode décontracté

Dans la salle, Jo-Wilfried Tsonga savoure une soirée de loisirs bien méritée: l'après-midi même il s'est encore entraîné sur le court de tennis jouxtant le Country Club de Bellevue (Genève), avec le capitaine de l'équipe de France pour la Coupe Davis, Guy Forget, également de la fête. «Je rêverais d'avoir encore son âge! Tout ça me manque! Mais grâce à l'équipe de France, je revis des moments remplis de fortes émotions. Je suis fier d'être leur capitaine», confie Guy Forget en désignant Tsonga. «Et moi, je rêverais d'être à la sienne! », rit le jeune homme, 6e joueur mondial. «Être capitaine de l'équipe de France, ce n'est pas donné à tout le monde. C'est un travail super intéressant que je rêverais de faire un jour.» Et Guy Forget d'ajouter à son sujet: «Je suis très fier de son parcours formidable et c'est loin d'être fini.» Son joueur préféré? S'il ne fallait en citer qu'un, Guy Forget n'hésiterait pas: «Roger Federer! Toute personne amoureuse, comme moi, de l'exécution technique, dira la même chose. Et les jeunes feraient bien de s'inspirer de lui.»

Et Arielle Dombasle arriva

Toute de noir vêtue, le mannequin Alizée Gaillard fait une entrée très remarquée au bras de son chéri, le champion de freeride, Dominique Perret, tandis que sur scène, guitare à la main, la chanteuse Anaïs envoûte le Country Club. Arrivée vers 21 heures, Arielle Dombasle a d'abord marqué un long temps d'arrêt à l'entrée, de dos, face aux photographes. La diva française arrange ses cheveux, se parfume, sait se faire désirer. Avant de poser tout sourire devant les flashes. Sylphide, sculptée dans sa longue robe noire pailletée à dos nu signée Jean Paul Gaultier, la star semble flotter au dessus-du sol: «Ce sont mes Louboutin!» dit-elle en soulevant sa robe. Pour parfaire son look glamour, Arielle Dombasle avait opté pour un petit sac en cuir argent à lanière cloutée signé Christian Louboutin également.

Dans la salle, l'heure du repas a sonné. Les 800 convives prennent place dans un décor féérique où évoluent de gigantesques êtres, mi-hommes, mi-arbres, montés sur échasses. La soirée ne fait que commencer.

Votre opinion