Photo volée: Rose McGowan soutient son amie, Asia Argento
Actualisé

Photo voléeRose McGowan soutient son amie, Asia Argento

L’actrice prend la défense d’Asia Argento suite au suicide de son compagnon, Anthony Bourdain.

par
FDA
Rose McGowan (à dr.) en compagnie de son amie Asia Argento.

Rose McGowan (à dr.) en compagnie de son amie Asia Argento.

ALBERTO PIZZOLI/AFP

«Asia Argento s’est dressée contre le monstre du viol et aujourd’hui elle doit se dresser contre un autre monstre: le suicide. Le suicide de son amour et allié, Anthony Bourdain», a expliqué Rose McGowan dans une lettre.

Ex-toxicomane, le chef de 61 ans souffrait aussi de dépression. «Lorsqu’il l’a rencontrée, il n’avait jamais connu quelqu’un qui voulait encore plus mourir que lui. Heureusement, elle a fait le travail nécessaire l’an dernier pour être aidée, pour qu’elle puisse rester en vie et vivre encore avec ses enfants.» «C’était sa décision, pas celle d’Asia. Sa dépression a gagné», ajoute l’actrice de 44 ans, qui refuse que l’on accuse son amie d’être responsable de ce décès.

Ils étaient dans une relation libre

Quelques jours auparavant, la comédienne italienne a été photographiée en compagnie du journaliste français Hugo Clément dans les rues de Rome. Ces clichés, sur lesquels ils semblent très proches, ont provoqué la colère des fans d’Anthony Bourdain. Pourtant, selon Rose McGowan, «Anthony et Asia étaient dans une relation libre». «Ils s’aimaient sans le cadre traditionnel et ils ont créé leurs propres paramètres. Elle est un oiseau libre, tout comme l’était Anthony.» «Ne soyez pas sexistes et ne condamnez pas une femme sur le bûcher des reproches. La guerre interne d’Anthony lui appartenait, mais maintenant Asia se retrouve sur le champ de bataille à prendre les balles. Il n’est en aucun cas juste ou acceptable de la blâmer, ni personne d’autre d’ailleurs, pas même Anthony.»

Enfin, elle appelle à ouvrir le dialogue sur la dépression. «C’est ce qu’aurait voulu Anthony.» «Si vous envisagez de vous suicider demandez de l’aide. Nous avons besoin de vous ici. Vous êtes important. Vous existez», a-t-elle conclu.

Votre opinion