Actualisé 14.12.2013 à 10:16

Roselyne Bachelot: «Je suis une fausse extravertie»

L'interview indiscrète

«Dès que les questions deviendront trop intimes, je baisserai le rideau de fer». Si l’ancienne ministre de la Cohésion sociale sous l’ère Sarkozy joue souvent de son exubérance, c’est pour mieux pour se préserver.

par
Catherine Hurschler
BALTEL/SIPA

«Les gens adorent vous mettre dans des cases et refuse de vous en faire sortir». Roselyne Bachelot, bientôt 67 ans, est passée de la politique à la télévision avec le même enthousiame. Devenue chroniqueuse pour le «Grand Huit» de Laurence Ferrari sur D8, elle vient de tourner deux épisodes de la mini-série «Nos chers voisins» pour TF1. «Je ne serai pourtant jamais actrice, cela serait renoncer à cette structuration de ma vie qui s’organise autour de mes chroniques, l’écriture et mes engagements caritatifs», confie-t-elle, avec son phrasé bien connu qui ne souffre aucune imprécision.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!