Publié

Hockey sur glaceRubin: «J'ai retrouvé le plaisir de jouer»

Auteur du 4-1 (24e) qui aurait dû offrir la victoire à GE Servette face à Bienne, Daniel Rubin revient sur un match un peu fou (succès 5-4 aux tab des Grenats) et sur son début de saison tonitruant.

par
Frédéric Lovis
Daniel Rubin: "Mes coéquipiers, le staff, le coach, tout le monde m'aide beaucoup ici."

Daniel Rubin: "Mes coéquipiers, le staff, le coach, tout le monde m'aide beaucoup ici."

Keystone

Daniel Rubin, tout était merveilleux pour le GSHC après votre deuxième but de la saison, et soudain… Que s'est-il passé?

Durant le premier tiers, nous avons très bien joué. Il y avait de l'énergie sur la glace, nous avons transformé nos occasions en buts. Ensuite, nos batteries se sont peu à peu éteintes tandis que les Biennois ont profité de trois des quatre situations spéciales sifflées en leur faveur pour renverser la vapeur. Au final, ils nous volent un point.

Avez-vous été surpris par la percussion de la deuxième unité du power-play biennois, composée de Spylo, Kamber et Umicevic?

Non. Nous étions avertis de la qualité de leurs deux lignes de power-play. Mais visiblement pas assez, vu qu'ils ont tellement profité de ça ce soir. Il faut aussi reconnaître qu'ils se sont à chaque fois vraiment bien débrouillé pour nous mettre hors de position. Ce n'est pas une excuse valable pour nous, mais ils étaient vraiment très chauds et difficile à jouer dans cette situation ce soir.

La déception est-elle présente dans le vestiaire genevois après cette rencontre?

Il n'y a pas de déception. Mais il est évident qu'au lieu des trois points qui nous tendaient les bras, nous n'en récoltons que deux. Cela doit servir de leçon, d'autant que pareille chose était déjà arrivée contre Lugano samedi. Dans le futur, surtout quand nous évoluons à la maison, nous ne devrons plus nous permettre ce genre de chose. En fin de saison, ces points envolés pourraient valoir cher au décompte final.

Daniel Rubin, vous semblez métamorphosé cette saison. En trois matches, vous avez marqué deux fois plus de but que durant deux championnats avec le CP Berne (un goal seulement)!

Je suis le premier surpris que ça fonctionne aussi bien. Mais voilà, je me sens bien, j'ai du plaisir à jouer au hockey. Mes coéquipiers, le staff, le coach, tout le monde m'aide beaucoup ici. Or, quand tu as de la joie à jouer, tout devient plus facile. Et puis, la saison passée, ce genre d'occasion ne serait peut être jamais rentré. Cette année oui, ça fonctionne.

Le secret de ce bon début de saison, c'est donc le retour de la joie de jouer?

Oui, je pense, même si il faut faire très attention à ne pas s'emballer après trois matches.

Le fait d'avoir un rôle plus en vue, aux côté des frères Pyatt plutôt que dans le 4e bloc du CP Berne, aide sans doute aussi, n'est-ce pas?

Oui, c'est évidemment un facteur. Quand tu joues dans un 4e bloc, ton rôle n'est pas le même et il est moins porté sur l'offensive. C'est bien plus dur d'être percutant.

En chiffres

Ton opinion