Publié

Trafic aérienRyanair accusé de faire pression sur ses pilotes

Suite à des atterrissages d'urgence d'avions Ryanair en Espagne pour cause de réservoirs vides, le syndicat allemand des pilotes Cockpit a assuré que la compagnie exerçait «une forte pression» pour des économies de carburant.

Les autorités aériennes espagnoles ont ouvert une enquête sur Ryanair après que cette dernière eut demandé en juillet à faire atterrir en urgence trois de ses avions faute de kérosène.

Les autorités aériennes espagnoles ont ouvert une enquête sur Ryanair après que cette dernière eut demandé en juillet à faire atterrir en urgence trois de ses avions faute de kérosène.

Keystone

Ryanair exerce «une forte pression» à ce sujet, en dressant des listes des pilotes en fonction de leur consommation de kérosène, a dit Jörg Handwerg, porte-parole de Cockpit.

Il a indiqué que la quantité de kérosène emmenée par avion était fixée en partie par des règlements. Mais au-delà du minimum légal, le pilote décide de quelles réserves il a besoin «pour plus de sécurité», en particulier quand il dessert des aéroports très fréquentés où il est probable qu'il faudra effectuer des cercles avant de pouvoir atterrir.

Un coût important

Jörg Handwerg a souligné qu'au-delà de Ryanair, le carburant était «un facteur de coût important surtout pour les compagnies à bas prix» et que de manière générale «beaucoup de compagnies» faisaient passer des instructions aux pilotes sur les moyens de consommer moins.

«Les droits des pilotes sont bafoués» et ces derniers «ne peuvent plus assumer leurs responsabilités», a déploré le porte-parole. Les autorités aériennes espagnoles ont ouvert une enquête sur Ryanair après que cette dernière eut demandé en juillet à faire atterrir en urgence trois de ses avions faute de kérosène.

La compagnie irlandaise conteste le terme d'atterrissages «d'urgence» et a assuré que «tous les vols de Ryanair (opéraient) avec les niveaux de kérosène requis».

(ats/afp)

Ton opinion