Publié

Energies renouvelables«S'y opposer, c'est n'avoir pas compris les enjeux»

La Fondation suisse de l'énergie (SES) appelle à voter «oui» le 21 mai prochain et à s'opposer au référendum de l'UDC.

La stratégie énergétique 2050 est un bon pas en direction des énergies renouvelables et d'une sortie de l'atome.

La stratégie énergétique 2050 est un bon pas en direction des énergies renouvelables et d'une sortie de l'atome.

Keystone

La stratégie 2050 est un compromis pour faire face aux défis que représentent le réchauffement climatique, les énergies fossiles, les centrales nucléaires vieillissantes et les déchets radioactifs, écrit la SES jeudi dans un communiqué. «S'y opposer, c'est n'avoir pas bien compris les enjeux en matière d'approvisionnement énergétique», selon le directeur Jürg Buri.

En promouvant l'utilisation d'énergie autochtone et propre, on créera des places de travail et des richesses. Tout report serait préjudiciable pour le climat et pour la Suisse.

Le peuple sera amené à se prononcer le 21 mai. La première étape de la Stratégie énergétique 2050 doit accompagner la sortie du nucléaire, principe retenu par le gouvernement après la catastrophe de Fukushima.

Aucune nouvelle centrale ne pourra être construite, mais la réforme n'oblige pas à débrancher les centrales atomiques existantes. La stratégie doit provoquer un tournant vert. L'énergie de l'atome devra être progressivement remplacée par celle produite par le vent, le soleil, l'eau ou encore les déchets.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!