28.08.2020 à 13:44

FranceSa biopsie du sein vire à la séance de torture

Une Corézienne de 57 ans a vécu un véritable cauchemar à l’hôpital de Tulle. Énorme hématome, grosse cicatrice et perte de conscience: elle veut comprendre ce qui s’est passé.

par
Laurent Siebenmann
Danielle veut comprendre pourquoi sa biopsie du sein a tourné au cauchemar et à la séance de torture.

Danielle veut comprendre pourquoi sa biopsie du sein a tourné au cauchemar et à la séance de torture.

Capture écran YouTube/France 3

C’est lors d’une mammographie qu’une tache suspecte a été repérée sur le sein gauche de Danielle, une Corézienne de 57 ans. Comme l’échographie réalisée ensuite n’a pas permis de confirmer un diagnostic, cette femme a dû subir une biopsie supposément sous anesthésie locale, au centre hospitalier de Tulle (F). Une intervention médicale qui a viré rapidement au cauchemar.

Très vite, alors que le médecin tentait de prélever un fragment de tissus, Danielle a ressenti d’épouvantables sensations: «Je hurlais de douleur! J’avais beau crier, le médecin me disait violemment de me taire et que tout allait bien, mais je voyais le sang couler», explique-t-elle à France 3.

«Je lui disais «J’ai mal, j’ai mal», mais le médecin me répondait «Vous la fermez, oui?» Et il continuait. Moi, je n’en pouvais plus», raconte la malheureuse. Au bout de cet enfer, Danielle a fini par perdre connaissance: «La dernière chose que j’ai entendue c’est «Appelez le SMUR», et après, plus rien.»

Ça n’est que dix heures plus tard qu’elle finit par se réveiller, toujours à l’hôpital de Tulle. Là, elle apprend qu’elle est restée cinq heures dans le bloc opératoire et découvre son sein extrêmement tuméfié, ainsi qu’une cicatrice de sept centimètres. En réalité, deux artères ont été touchées durant l’intervention du médecin.

Le sein de Danielle est très fortement tuméfié et une cicatrice de sept centimètres est désormais visible.

Le sein de Danielle est très fortement tuméfié et une cicatrice de sept centimètres est désormais visible.

DR



Danielle a déposé une plainte. Un médecin doit la rencontrer le 16 septembre pour réaliser une expertise judiciaire. Traumatisée par cette expérience, la patiente cherche à comprendre ce qui lui est arrivé. La direction de l’hôpital a pris connaissance de l’affaire et a également ordonné une enquête interne.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
21 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Thomas

29.08.2020 à 18:33

Et après on s'étonne qu'il y ai de moins en moins la possibilité de commenter des articles. Personnellement, si ça peut m'éviter de lire de telles absurdités, je ne vais pas m'en plaindre.

DbdbB

29.08.2020 à 13:24

Ces choses-là arrivent malheureusement. Heureusement, la presse n'est pas informée de chaque complication chirurgicale, qui doit en premier lieu être discutée avec l'opérateur. D'après la photo, le status local ne semble d'emblée pas avoir été très favorable...

ouestlerreur

29.08.2020 à 10:31

Je trouve tout simplement incroyable qu'on puisse commenter cet article ou la mort du créateur de scoobidoo mais pas les articles concernant par exemple le coût de la santé ou d'autres articles bien plus intéressants