Jura: Sa tribune partie en fumée, le FC Bassecourt lance un appel
Publié

JuraSa tribune partie en fumée, le FC Bassecourt lance un appel

Le club de première ligue a tout perdu parce qu’un écolier a mis ses cahiers au feu. La reconstruction n’est pas garantie.

par
Vincent Donzé
1 / 23
Le premier match avec les containers se déroulera le 1er septembre contre Goldau (SZ).

Le premier match avec les containers se déroulera le 1er septembre contre Goldau (SZ).

dr
D'ici là, les containers – alimentés en eau et en électricité par de nouvelles conduites – seront équipés en mobilier: des bancs, mais aussi des tables de massage.

D'ici là, les containers – alimentés en eau et en électricité par de nouvelles conduites – seront équipés en mobilier: des bancs, mais aussi des tables de massage.

Un remboursement intégral par les assurances n'étant de loin pas garanti, le club imagine un financement participatif, mais son président Francis Rebetez a également lancé un appel à la solidarité auprès des clubs helvétiques.

Un remboursement intégral par les assurances n'étant de loin pas garanti, le club imagine un financement participatif, mais son président Francis Rebetez a également lancé un appel à la solidarité auprès des clubs helvétiques.

Vestige marquant du patrimoine sportif, la tribune du FC Bassecourt est partie en fumée après qu’un écolier y a brûlé ses cahiers juste avant le début des vacances d'été.

L’incendiaire présumé a filmé son méfait et l’a posté sur un réseau social avant de réaliser que la tribune avait brûlé. Ancien président du FC Bassecourt, Albert Lusa a réussit à sauver 140 paires de chaussures, mais pas celles du joueur Pascal Lachat.

Enquête essentielle

Comme l’écolier suspecté prétend avoir éteint le foyer, il appartient à la justice d’établir si le feu allumé intentionnellement s’est accidentellement répandu aux tribune ou si l’incendie a une autre cause. Une enquête essentielle pour le FC Bassecourt. En jeu: l’implication de l’assurance RC des parents de l’écolier.

«Un remboursement intégral n’étant de loin pas garanti, nous imaginons déja un financement participatif», indique le président Francis Rebetez. Son appel du pied s’adresse aux clubs suisses en général et bâlois en particulier. Le premier match à domicile après le désastre verra la venue de Goldau (SZ), samedi 1er septembre à 20 heures.

Du provisoire onéreux

La destruction de la tribune acheminée de Porrentry en 1952 n’est pas seulement un crève-cœur pour les dirigeants, les 180 joueurs répartis dans onze équipes et les spectateurs. La facture avoisinera le million de francs. Même la solution intermédiaire qui permet au club de débuter le championnat aura son coût: il s’agit d’installer des vestiaires et des sanitaires provisoires pour les équipes et le trio arbitral. Un trio qui sera unisexe, soit trois hommes, soit trois femmes, avec l’assentiment de l’ASF: installer et raccorder des douches et des toilettes pour hommes et femmes aurait coûté 10’000 francs supplémentaires!

Pour le FC Bassecourt, le championnat a déjà débuté par une défaite rageante, à l’extérieur, contre Lucerne M21. L’ASF a accepté de modifier le calendrier, avec trois premiers matchs à l’extérieur, avant une première rencontre à domicile prévue le 1er septembre.

Tribunes bâchées

Les tribunes calcinées sont bâchées et lundi après-midi, les abris en plastique qui ont fondu devant le brasier ont été démontés. Il ne reste rien de la tribune et pas grand-chose des vestiaires, mais les experts n’ont pas encore évalué ce qu’il reste à sauver. Le panneau d’affichage indique 13:26 depuis le funeste 6 juillet, lorsque l’électricité a été coupée une heure après le début du sinistre.

Un an après le centenaire du club, deux semaines après la remise de la présidence par Albert Sousa à Francis Rebetez, tout reste à reconstruire. Dans la tribune «old timer» du quartier des Grands-Prés, on pouvait s’asseoir à 160 sur cinq rangées de bancs, à 120 pour être à son aise et soutenir l’équipe «jaune et noir». Un projet d’agrandissement existe, buvette comprise, mais il devra être repensé.

Colère ou tristesse?

Quel sentiment animent les présidents, l’ancien et le nouveau? Colère ou tristesse? Un peu des deux... «Ce qui est fait est fait: il s’agit d’aller de l’avant en résolvant les problèmes», disent-ils.

S’estimant innocent, l’adolescent soupçonné et auditionné n’a pas contacté le club. Ses parents non plus. «Ce qui est admirable, c’est la compréhension de la commune et des entreprises», relève Francis Rebetez. Certains ouvriers engagés lundi ont pris sur leurs vacances pour poser les tuyaux d’eau et d’électricité. La plupart jouent au FC Bassecourt...

A l'identique?

Reconstruire à l’identique une tribune d’avant-guerre? C’est une ambition qui fait écho aux propos tenus en 2016 par Peter Gilliéron, président de l’Association suisse de football (ASF): «Dans une période difficile, marquée par la Grand Guerre, le football avait l’avantage de donner de la joie à ceux qui le pratiquaient mais aussi de créer un lien social entre les habitants de la région». Le club a aussi un ami à Genève: «Je souhaite longue vie au G.C. Bassecourt», a écrit dans la plaquette du centenaire Alain Morisod, musicien et... membre d’honneur du FC Bassecourt. Une longue vie qui passe désormais par la générosité des donateurs...

Votre opinion