Publié

JO 2020Sabrina Jaquet diminuée pour ses derniers Jeux

Vendredi, à Tokyo, la joueuse neuchâteloise (34 ans) a révélé être handicapée par une blessure au mollet gauche. Pourra-t-elle entrer en lice dans le tournoi de badminton samedi? Elle l’espère.

par
Jérôme Reynard
(Tokyo)
Sabrina Jaquet participe à ses troisièmes Jeux olympiques après Londres et Rio.

Sabrina Jaquet participe à ses troisièmes Jeux olympiques après Londres et Rio.

Andy Mueller/freshfocus

Sabrina Jaquet avait sans doute imaginé autre chose pour ses troisièmes et derniers JO. Et on ne fait pas allusion ici au contexte particulier des «Jeux de la pandémie». Ni au tirage compliqué auquel la joueuse neuchâteloise (34 ans) a eu droit, elle qui a hérité de la N°1 mondiale Tai Tzu-ying (Taipei chinois) dans sa poule et comme première adversaire du tournoi de badminton, samedi (6h du matin en Suisse).

«Je me suis blessée au mollet gauche il y a trois ou quatre jours», a révélé la matricule 46 du classement mondial vendredi après-midi à Tokyo. La poisse! «Ce n’est pas trop grave, ce n’est pas une déchirure, mais j’ai eu une préparation plus difficile qu’attendu, faite de davantage de thérapie que d’entraînement, a-t-elle poursuivi. J’espère que ça va aller, que je vais pouvoir tenir ma place sur le terrain. Le timing est court, mais le plan est de jouer.»

«On verra mon état de forme samedi matin, mais je veux me battre»

Sabrina Jaquet

Se retirer n’était pas envisagé, à la veille de son entrée en lice et pour cette dernière expérience olympique. «Je n’ai pas envie d’y penser pour le moment. On verra mon état de forme samedi matin, mais je veux me battre. Après, il est évident que ce match face à la N°1 mondiale sera encore plus délicat qu’il ne l’aurait été dans des conditions normales.»

Dans sa poule figurent deux autres joueuses de son niveau, la Française Qi Xuefei (41e) et la Vietnamienne Nguyen Thuy Linh (49e). Se préserver pour la suite de la compétition, samedi sur le terrain, est-ce une option? «Je ne vais pas parler stratégie aux médias, a souri Sabrina Jaquet. Une chose est sûre: les jours et les heures comptent.»

Votre opinion