Actualisé 12.06.2020 à 17:28

DrogueSaint-Gall est devenue la capitale suisse de la coke

L'analyse des eaux usées montre que la ville des brodeurs en consomme désormais proportionnellement plus que Zurich.

par
lematin.ch
Les quantités de cocaïne dans les eaux usées saint-galloises ont quadruplé en 7 ans.

Les quantités de cocaïne dans les eaux usées saint-galloises ont quadruplé en 7 ans.

Keystone

Depuis les années 2000, l'une des méthodes pour estimer la consommation de différentes drogues dans les villes est d'analyser les eaux usées. Comme le corps humain rejette une partie des drogues prises, plus on en trouve dans les eaux, plus la consommation dans ce lieu est grande. Depuis 2011, le Groupe central d’analyse des eaux usées en Europe (SCORE) compare les données de différentes villes européennes: 17 cette année-là contre 70 en 2019. Le classement est établi en fonction de la quantité trouvée (en mg) pour 1000 habitants, afin de tenir compte des différences de population.

Depuis son apparition dans l'étude en 2012. Zurich a toujours été la ville suisse à compter le plus de résidus de cocaïne dans ses eaux, se plaçant même toujours sur le podium ou juste derrière à l'échelle européenne. Mais en 2019, elle cède cette place peu enviée à... Saint-Gall, comme le montrent les chiffres publiés par l'Observatoire européen des drogues et toxicomanies. La ville des brodeurs compte 909,8 mg de cocaïne par jour pour 1000 habitants dans ses eaux, contre 890,9 mg pour Zurich. Saint-Gall est même troisième du classement européen (Zurich 4e) derrière Anvers (B) et Amsterdam (NL) .

Quatre villes suisses dans le top 10

Autre constat inquiétant, que ne manque pas de faire le «Blick», quatre des cinq villes suisses analysées figurent dans le top 10 du classement (Bâle 6e avec 716,6 mg et Genève 9e avec 676,9 mg). La Suisse est donc largement le pays le plus représenté dans le haut du classement. Berne est 18e avec 485,9 mg. Quant à Lausanne, elle ne figure plus dans l'étude depuis 2016.

Fortes augmentations en sept ans

L'analyse des chiffres des dernières années montre que la consommation de cocaïne a fortement augmenté dans les villes suisses, les teneurs dans les eaux usées ayant doublé en sept ans à Zurich et même plus que quadruplé à Saint-Gall. Pour le «Blick», la première place suisse de Saint-Gall en 2019 s'explique soit, logiquement, parce qu'on n'y a jamais autant consommé de cocaïne, soit parce que le degré de pureté de la drogue utilisée a augmenté. Car évidemment, plus elle est pure, plus les taux de cocaïne dans l'eau sont élevés.

L'étude porte également sur d'autres substances. Si les amphétamines semblent relativement peu consommées en Suisse, Zurich se classe 8e ville européenne pour la méth (Bâle 11e) et 7e pour l'ecstasy, seule représentante helvétique dans le top 20 s'agissant de cette substance.

Michel Pralong

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!