Publié

GenèveSaisie massive d'objets interdits

Les douaniers de l'aéroport sont tombés mi- septembre sur un paquet contenant 210 briquets et 234 faux rouges à lèvres remplis de gaz lacrymogène.

par
ATS

Jamais encore en Suisse «nous n'avions intercepté du gaz lacrymogène conditionné sous cette forme», a déclaré mercredi matin le porte-parole de l'administration fédérale des douanes pour la Romandie, Michel Bachar. La marchandise avait été commandée par une société suisse d'import-export.

Enquête pénale

Cette entreprise va faire l'objet d'une enquête pour violation de la loi fédérale sur les armes. Sur le paquet dans lequel ont été retrouvés les briquets et les faux rouges à lèvres figurait simplement la mention «security defender». Des explications en chinois se trouvaient au dos de l'emballage.

Les objets ont été déclarés en tant qu'appareils électroniques, a précisé M.Bachar. Les douaniers ont cru dans un premier temps avoir affaire à des produits cosmétiques. «Ces briquets et ces faux rouges à lèvres, qui fuient quasiment tous, étaient peut-être destinés à être vendus à la sauvette», a ajouté le porte-parole.

Les douanes suisses n'ont pas voulu révéler le nom de l'entreprise importatrice. Elles ont juste indiqué qu'elle n'était pas domiciliée dans le canton de Genève. Les enquêteurs devront déterminer à qui étaient destinés ces objets et si cette société a déjà, par le passé, commandé ce genre de produit.

Contrairement à la France, où il est en vente libre, le gaz lacrymogène est soumis en Suisse à la loi sur les armes. Une autorisation officielle doit donc être demandée pour en importer, a expliqué Bernard Bersier, chef du service des armes et explosifs de la police genevoise.

Risque d'amende

La personne qui achèterait un briquet ou un faux rouge à lèvres rempli de gaz lacrymogène est passible d'une amende de 300 francs. «Les douanes suisses ont déjà intercepté à la frontière des sprays lacrymogènes, mais ils étaient toujours déclarés comme tels sur les emballages».

Le produit contenu dans les briquets n'a pas encore été précisément identifié. Un collaborateur des douanes a servi de cobaye pour un test. La substance est extrêmement irritante, a souligné M.Bachar. Le gaz lacrymogène peut se révéler très dangereux pour des personnes allergiques ou ayant des problèmes pulmonaires.

Votre opinion