Attentat: San Bernardino: Farook comptait attaquer dès 2012

Actualisé

AttentatSan Bernardino: Farook comptait attaquer dès 2012

Syed Farook, l'un des deux auteurs de la tuerie en Californie, avait déjà projeté une attaque en 2012, qui n'avait pas eu lieu.

1 / 78
Enrique Marquez, l'ami du tireur de San Bernardino, a accepté de plaider coupable de conspiration dans le but de commettre un attentat et de soutien matériel à des terroristes. (Mardi 14 février 2017)

Enrique Marquez, l'ami du tireur de San Bernardino, a accepté de plaider coupable de conspiration dans le but de commettre un attentat et de soutien matériel à des terroristes. (Mardi 14 février 2017)

Keystone
Les autorités américaines ont déposé des recours, bien déterminées à confisquer les deux assurances-vies souscrites par le tueur, Syed Farrook pour sa mère (ici à droite), pour un total de 275'000 dollars. Cet argent, avancent-elles, doit aller aux victimes. (Image d'archive - 19 décembre 2015)

Les autorités américaines ont déposé des recours, bien déterminées à confisquer les deux assurances-vies souscrites par le tueur, Syed Farrook pour sa mère (ici à droite), pour un total de 275'000 dollars. Cet argent, avancent-elles, doit aller aux victimes. (Image d'archive - 19 décembre 2015)

Keystone
Croquis d'Enrique Marquez, accusé d'avoir fourni les armes aux tueurs de San Bernardino, lors d'une audience le 21 décembre 2015 à Riverside, en Californie. Son procès a été reporté à mars 2017. (Vendredi 6 mai 2016)

Croquis d'Enrique Marquez, accusé d'avoir fourni les armes aux tueurs de San Bernardino, lors d'une audience le 21 décembre 2015 à Riverside, en Californie. Son procès a été reporté à mars 2017. (Vendredi 6 mai 2016)

Syed Farook, l'un des deux auteurs du récent attentat en Californie, voulait commettre avec un complice une attaque dès 2012, mais le projet avait avorté en raison d'arrestations effectuées par la police antiterroriste, a rapporté mercredi un sénateur américain.

Ce rebondissement est annoncé dans le sillage de la perquisition samedi en Californie du domicile d'Enrique Marquez, un ami d'enfance de Farook.

Marquez est suspecté d'avoir acheté les fusils d'assaut utilisés par Farook et sa femme pakistanaise Tashfeen Malik, pour faire 14 morts et 21 blessés lors d'un déjeuner de Noël dans la ville de San Bernardino. Ils ont ensuite été abattus par la police.

Désir meurtrier plus ancien

Mais les visées meurtrières de Farook, aux côtés de Marquez, étaient nettement plus anciennes, a assuré le sénateur républicain James Risch, membre de la commission du renseignement.

«Apparemment il (Marquez) a reconnu l'existence de ce projet précis (d'attaque) qu'ils voulaient mener, mais ils ont dû abandonner en raison d'arrestations qui ont été effectuées dans la zone», a expliqué James Risch sur l'antenne de CNN.

Les enquêteurs explorent désormais les relations qui s'étaient tissées entre Farook et Marquez, qui s'est converti à l'islam il y a quelques années.

Pas d'inculpation

Le second, qui travaillait dans une chaîne de grande distribution, serait actuellement pris en charge dans un institut de soins psychiatriques et n'est pas encore officiellement inculpé de quoi que ce soit. Il pourrait aussi se voir proposer un aménagement en cas de coopération avec les enquêteurs.

Pendant près d'une dizaine d'années, selon le New York Times, les deux hommes ont été voisins dans la ville californienne de Riverside.

En novembre 2014, a précisé le quotidien, Marquez a épousé une femme dont la sœur est mariée au frère de Syed Farook.

Le FBI estime désormais que Syed Farook, Américain d'origine pakistanaise, et Tashfeen Malik, s'étaient radicalisés bien avant de faire connaissance, d'abord sur un réseau social, puis physiquement en Arabie saoudite.

(AFP)

Ton opinion