Actualisé 07.08.2019 à 23:44

VenezuelaSanctions américaines: protestations à Caracas

Une manifestation rassemblant des milliers de personnes a eu lieu mercredi à Caracas pour dénoncer le gel des avoirs du gouvernement aux Etats-Unis.

L'essentiel des manifestants étaient des membres des milices pro-Maduro et des fonctionnaires.

Des milliers du partisans de Nicolas Maduro ont défilé mercredi à Caracas pour dénoncer le gel total des avoirs du gouvernement vénézuélien aux Etats-Unis décidé par l'administration Trump et destiné à accroître la pression sur le président vénézuélien.

Vêtus de rouge et agitant des drapeaux aux couleurs du Venezuela et du parti au pouvoir, le PSUV, les manifestants se sont rassemblés devant une estrade dans le centre de la capitale vénézuélienne pour écouter les dirigeants vénézuéliens.

«Yankee Go Home», «Hands Off Venezuela», pouvait-on lire notamment sur les pancartes des manifestants, pour l'essentiel des membres des milices pro-Maduro et des fonctionnaires.

«Faire face à cette guerre»

«On est en train de se battre pour faire face à cette guerre qu'ils sont en train de mener afin de nous rendre la vie impossible», a déclaré à l'AFP Marta Elena Flores, 62 ans. «Avec ou sans embargo nous allons nous en sortir», a ajouté Berta Carrillo, 68 ans, en uniforme de milicienne.

«Il s'agit d'une nouvelle agression des génocidaires qui gouvernent les Etats-Unis et qui sont pris de folie», a déclaré Diosdado Cabello, le président de l'Assemblée constituante, uniquement composée de fidèles du pouvoir et numéro 2 du chavisme. «Ce qu'ils ont fait c'est renforcer la souffrance du peuple, y compris des opposants».

«Les sanctions sont dirigées contre Maduro»

Le chef de l'opposition Juan Guaido, qui s'est déclaré président par intérim du Venezuela en janvier et a été reconnu par plus d'une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, a assuré de son côté que les sanctions allaient frapper les dirigeants chavistes et non pas les citoyens.

«Elles sont dirigées contre le régime, contre Maduro», a-t-il déclaré au cours d'une petite cérémonie dans un quartier huppé de l'est de Caracas pour demander la libération du député Juan Requesens. Ce dernier est en prison depuis un an pour son lien supposé avec l'attaque aux drones contre le chef de l'Etat socialiste.

«Il y a une stratégie nationale et internationale, dirigée par le Venezuela, pour mettre fin à la souffrance de notre peuple», a ajouté le social-démocrate Guaido.

Gel total des avoirs du gouvernement vénézuélien

Donald Trump a ordonné un gel total des biens aux Etats-Unis du gouvernement vénézuélien, a fait savoir lundi soir la Maison Blanche, qui a indiqué que toute transaction avec les autorités vénézuéliennes était également interdite.

Ces nouvelles initiatives interviennent alors que les mesures prises depuis le début de l'année pour soutenir les adversaires de Nicolas Maduro n'ont pas eu de résultat décisif. Dans le même temps, le désenchantement gagne les partisans de Juan Guaido.

Les partisans des sanctions américaines doivent être punis (ministre)

Le ministre vénézuélien de la Défense, le général Vladimir Padrino, a demandé mercredi que la justice punisse ceux qui au Venezuela se déclarent favorables aux sanctions des Etats-Unis contre Caracas. «L'impunité, ça suffit!», a écrit le ministre sur Twitter. «Ceux qui ont commencé le 'jeu' de demander des sanctions contre la nation (...) avec des buts politiques minables doivent être punis par la loi».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!