Football: Sandrine Mauron: «A nous de nous relever et de montrer un autre visage»

Publié

FootballSandrine Mauron: «A nous de nous relever et de montrer un autre visage»

Six jours après avoir été corrigées par les Allemandes, les Suissesses affrontent les Anglaises, pour leur dernier match de préparation pour l’Euro, jeudi à Zurich. Le point avec la Vaudoise de Servette.

par
Florian Paccaud
Sandrine Mauron compte 22 sélections avec l’équipe nationale.

Sandrine Mauron compte 22 sélections avec l’équipe nationale.

freshfocus

L’équipe de Suisse doit réagir. Après la débâcle subie en Allemagne vendredi dernier (7-0), la troupe de Nils Nielsen a besoin de retrouver des certitudes avant de rejoindre son camp de base pour l’Euro à Leeds (6-31 juillet). Mais avant de traverser la Manche, la Nati dispute un dernier match de préparation contre l’Angleterre, futur hôte de la compétition, jeudi au Letzigrund. Une rencontre qu’elle n’aborde pas dans les meilleures conditions: en 2022, elle a récolté deux matches nuls – en amical face à l’Irlande du Nord et en Roumanie lors des qualifications pour le Mondial 2023 - et trois revers – en amical contre l’Autriche (3-0) et l’Allemagne (7-0) et lors de la réception de l’Italie (1-0) lors des éliminatoires. Interview avec la Vaudoise de 25 ans Sandrine Mauron, qui a été transférée cet été de l’Eintracht Francfort à Servette Chênois.

– Comment avez-vous digéré cette défaite contre l’Allemagne?

– Heureusement que ce n’était qu’un match amical! Le résultat est sévère, mais dans le jeu, il y a quand même eu des éléments positifs à retenir. On doit encore s’améliorer pour le test de jeudi contre l’Angleterre, pour arriver en pleine forme pour l’Euro.

– Qu’est-ce qui s’est passé après le match?

– C’était important de parler ensemble, c’est aussi dans ce genre de moment que se forge le groupe. Le dimanche matin, on a effectué une analyse vidéo et on a vu qu’on leur a offert des buts. On ne doit plus reproduire ces erreurs. Maintenant, à nous de nous relever et de montrer un autre visage.

– Sur le terrain, comment avez-vous vécu cette fin de match catastrophique, avec cinq buts encaissés dans la dernière demi-heure?

– Dans l’ensemble, au niveau du jeu, ce n’était pas catastrophique. Le problème est que dans nos 16 mètres, on n’a pas réussi à dégager le ballon assez vite. Les Allemandes ont souvent réussi à nous contrer du bout du pied et les rebonds étaient avec elles.

– Jeudi, vous affrontez l’Angleterre, qui a mis vendredi cinq buts aux Pays-Bas, championnes d’Europe en titre. Cela s’annonce compliqué, non?

– Oui, bien sûr. Mais je n’ai pas vu le match contre les Néerlandaises, donc peut-être que le score est sévère et qu’elles ont également offert des cadeaux. Les Anglaises veulent réussir un super premier match à guichets fermés à Old Trafford pour bien lancer leur Euro, donc elles seront redoutables. Elles vont mettre beaucoup d’envie. Mais cela reste un match amical, donc elles vont peut-être encore faire quelques tests.

– Dans l’équipe de Suisse, vous jouez un rôle de joker. Comment est-ce que vous le vivez?

– Très bien, car c’est aussi le statut que j’avais à Francfort, où j’étais toujours la première remplaçante à rentrer, que l’on gagne ou que l’on perde. C’est un rôle que je connais et je peux apporter au groupe à ce niveau-là.

– Vous avez été transférée de Francfort à Servette cet été. Qu’est-ce qui vous a poussée à revenir au pays?

– Principalement pour bénéficier de plus de temps de jeu. Pour être titulaire et avoir régulièrement 90 minutes dans les jambes. Servette est un club ambitieux et j’ai tout de suite été attirée par ce projet. Je souhaitais également me rapprocher de ma famille.

– Ce transfert implique-t-il que vous allez passer de professionnelle à semi-professionnelle?

– Oui, je vais travailler un peu à côté. Je pense que pour la tête, cela sera bien. Je suis une personne qui a besoin d’être très active. Mais j’ai toujours cette envie et cette ambition de rester dans le monde du football. Et en termes d’infrastructures et d’encadrement, Servette m’apporte tout ce qu’il faut pour que je sois au top sur le terrain.

Ton opinion