La Servettienne Sandy Maendly: «On espère terminer sur une bonne note»
Publié

Football fémininSandy Maendly: «On espère pouvoir terminer sur une bonne note»

Les Genevoises disputent ce mercredi contre Wolfsburg leur dernier match à domicile en Ligue des championnes. Avec une grosse envie de réussir leurs adieux avec le public du Stade de Genève.

par
Florian Paccaud
(Genève)
Est-ce que Sandy Maendly et les Servettiennes vont réussir à marquer leur premier but dans la phase de groupes?

Est-ce que Sandy Maendly et les Servettiennes vont réussir à marquer leur premier but dans la phase de groupes?

Claudio Thoma/freshfocus

Contre Wolfsburg ce mercredi soir (18h45), Servette Chênois entend bien redorer son blason devant son public, à l’occasion de la 5e journée de la phase de poules de la Ligue des championnes. Le 9 novembre dernier au Stade de Genève, les Grenat avaient pris l’eau contre Chelsea devant 12’782 spectateurs (0-7).

Avant de frôler l’exploit en terres londoniennes une semaine plus tard (défaite 1-0). «Il faut montrer à nos supporters qu’on mérite autre chose que la petite gifle reçue il y a un mois», annonce Eric Sévérac «L’équipe aura vraiment à cœur de faire bonne figure pour ce dernier match à domicile», rajoute Sandy Maendly.

«Il va falloir faire le dos rond un certain temps»

Eric Sévérac, coach du Servette Chênois

Mardi, à l’heure de la conférence de presse d’avant-match, quelque 4000 billets avaient trouvé preneur pour la dernière rencontre à domicile des championnes de Suisse dans cette campagne européenne. Les Louves, troisièmes du classement et obligées de gagner pour rester en course pour la qualification pour les quarts, représentent un féroce adversaire.

En Allemagne, elles avaient dévoré des Grenat (5-0) qui s’apprêtent à souffrir. «Wolfsburg est une équipe qui met beaucoup d’intensité dans ses débuts de matches, prévient l’entraîneur genevois. Il va falloir faire le dos rond un certain temps. Et profiter de chaque occasion en contre».

Besoin d’une grande solidarité

Pour réussir à faire douter le leader de Bundesliga, la troupe de Sévérac devra faire preuve d’une solidarité sans faille. Car en face, il y a une équipe qui a marqué l’histoire du football féminin: ces dix dernières années, les Allemandes ont disputé 5 finales de C1, en ont remporté deux, ont gagné à 6 reprises le championnat et ont soulevé 8 fois la Coupe nationale.

«C’est un rêve de pouvoir jouer contre cette équipe avec le maillot de Servette, ici à la Praille», avoue l’internationale suisse. Comme contre la Juve ou contre Chelsea, il s’agit de matches de gala pour les Genevoises, qui ne sont pas sûres de revivre pareille aventure un jour. «On espère pouvoir terminer sur une bonne note», souffle Sandy Maendly.

«L’équipe est prête

Afin d’y parvenir, Eric Sévérac ne peut compter que sur 14 joueuses de champ. Paula Serrano, Marta Peiro, Ines Sebayang, Thais Hurni sont notamment blessées, alors qu’Amandine Soulard est suspendue après avoir pris un rouge contre les Blues. La latérale droite est d’ailleurs la seule absente du onze qui avait failli créer l’exploit à Londres. «On va essayer de réitérer la bonne performance qu’on a réalisée là-bas, affirme l’entraîneur. L’équipe est prête».

«Mais le terrain du Stade de Genève est très grand, donc c’est plus compliqué de fermer les espaces», nuance Sandy Maendly. Avant que le coach conclue: «Ce que j’aimerais demain, c’est que, contrairement à la gifle reçue ici, l’équipe ne fasse plus d’erreur individuelle ou collective». Une condition nécessaire pour permettre au Petit Poucet de faire à nouveau trembler un grand d’Europe.

Votre opinion